6 avril à Osny : Marche pour les prisonnier.e.s politiques basques

27032017

6 avril à Osny : Marche pour les prisonnier.e.s politiques basques dans Politique EH_Osny-20170406-1-1-212x300EH_Osny-20170406-2-1-212x300 dans Prisonnier(e)s politiques basques

Avertissement : Texte féminisé. L’ensemble des prisonnières et prisonniers politiques basques, notamment celles et ceux qui étudient, est concerné par cette marche.

Les groupes de soutien aux prisonnières du mouvement d’étudiantes ont organisé une marche à Osny pour le 5 et le 6 avril.

Il y a quelques mois les groupes de soutien aux prisonnières ont commencé à se ressembler conscients du manque qu’il y a sur cette question au niveau national. Nous avons décidé que dans le contexte actuel nous devons répondre de façon unitaire aux problèmes des étudiantes prisonnières et revendiquer leur statut politique. Nous croyons que, en ce qui concerne les prisonnières, nous oublions très souvent la problématique de celles qui sont étudiantes et l’importance de l’éducation est laissée de côté, même si elle est essentielle pour que les prisonnières puissent être fortes psychologiquement et puissent se former et passer leur temps.

La situation des prisonnières étudiantes est pénible. Seulement les prisonnières qui se trouvent dans l’état français peuvent étudier à l’UPV (université du pays basque) et seulement quelques filières. Dans l’état espagnol elles ne peuvent pas étudier à UPV, elles doivent le faire dans des universités à distance comme UNED. Pourtant, elles trouvent des nombreuses difficultés pour faire leurs études. Les conditions qu’elles subissent ne sont pas dues juste à la vengeance; il s’agit d’un choix politique de la part des Etats. Ce sont des attaques contre leur militance politique, pour ce qu’elles ont fait pour faire face à notre oppression de classe et nationale, et les conditions pénibles où elles se trouvent font partie de ces oppressions.

Elles ont des problèmes pour faire les examens, elles ne peuvent pas avoir les documents nécessaires pour étudier, UPV et les autres institutions sont passives face à ceci, elles doivent payer le prix de l’inscription entière, elles ne peuvent pas avoir des réunions avec les professeures… voilà les difficultés que les prisonnières étudiantes ont pour faire leurs études. Il faut ajouter à cela le mauvais traitement qu’elles reçoivent de la part des fonctionnaires de la prison qui très souvent les découragent et leur font du mal psychologique.

Mais la situation des prisonnières étudiantes ne peut pas être comprise sans un regard plus général. En Pays basque nous sommes dans une ère spéciale. Il n’y a pas de lutte armée et il est clair que ceci a changé quelques conditions dans le contexte politique. La situation des prisonnières et des exilées est très grave et c’est une conséquence du conflit politique que nous avons. Dans le système capitaliste, la bourgeoisie a utilisé tous les moyens pour faire taire les mouvements révolutionnaires et faire disparaître leur pratique politique. On veut nous faire croire que c’est l’ère de la solution et de la paix, pourtant, plus que jamais, la répression contre le peuple travailleur basque, l’oppression de classe que reproduit le système et la dépolitisation du conflit sont présentes de la part des Etats espagnol et français ainsi que plusieurs agents et institutions basques font. Il n’y aura pas de paix si le capitalisme est en vie; il n’y aura pas de solution jusqu’à ce que le peuple travailleur basque n’atteigne sa libération totale. Pour obtenir les objectifs du chemin commencé il y a quelques décennies, il est essentiel que toutes les prisonnières sortent à la rue, et créer les conditions pour qu’il n’y ait plus de représailles politiques dans le futur. Nous savons néanmoins que si la lutte contre le capitalisme continue il continuera à y avoir des prisonnières, parce que ceci dépend des forces répressives des Etats capitalistes.

Quelques étudiantes qui sont en prison ont été arrêtées pendant qu’elles étudiaient, d’autres ont commencé à étudier en prison, mais c’est pour avoir lutté contre ce système qu’elles ont été incarcérées, et pour détruire le système capitaliste nous avons besoins d’elles ici; en même temps, si nous détruisons le système, nous détruirons les prisons et nous pourrons les libérer.

Il y a quelques heures nous avons su qu’on a bloqué les matériaux pour étudier de Julen Mendizabal et David Pla, prisonniers à Osny, et qu’on leur a menacé de leur enlever leur droit à étudier. Ça fait des mois que Julen et David luttent pour avoir ce matériel et il n’ont reçu que des mauvaises réponses et des difficultés. De même, nous croyons que ceci marque un précèdent pour le reste de prisonnières étudiantes.

Pour tout ceci, le 5 avril nous remplirons toutes les autobus pour aller à Osny, et le 6 avril nous dénoncerons cette situation et montrerons notre solidarité envers les prisonniers qui se trouvent à Osny. Montrons que dans nos classes il y a des personnes qui manquent, qu’il y a ici un problème très grave, et que les étudiantes prisonnières méritent d’être reconnues et soutenues.

 

Apirilak 6 ikasleok Osny-ra!

Ikasle mugimenduko Presoen Sostengurako Taldeek apirilak 5 eta 6an Osny-ko kartzelara martxa egingo dutela jakinarazi dute Gasteizen eginiko agerraldian.

Ikasle presoak klasean nahi ditugulako, Apirilaren 6ean denok Osny-ra!

 

Gaur, hemen bildu gara Ikasle mugimenduko Presoen sostengurako talde ezberdinak, ikasle presoek, eta batez ere, Osny-ko presoek ikasteko jasaten ari dituzten arazoak eta jezarpena salatzeko, eta Apirilaren 5 eta 6 bitartean gure elkartasuna adierazteko Osny-ra egingo dugun kartzela-martxaren berri emateko.

Orain dela hilabete batzuk ikasle presoen aldeko taldeok batzen hasi ginen, maila nazionalean problematika hau lantzeko zeuden gabeziez jakitun. Ikasle presoen  arazoei erantzun bateratu bat eman beharrak eta hauen izaera politikoa plazaratu eta aldarrikatzeak ezinbesteko garrantzia duela uste dugu gaur egungo testuinguruan. Izan ere, presoen alorrean, askotan ahaztua geratzen den gai bat da ikasle presoena, askotan hezkuntzaren garrantzia albo batera uzten delarik, nahiz eta presoarentzat ezinbestekoa den lau hormen artean denbora pasatzeko, formatzeko eta psikologikoki aurrera egiteko.

Urteak joan, urteak etorri, ikasle presoen egoerak negargarria izaten jarraitzen du gaur egun ere. Gogoratu beharra dugu, gaur egun soilik frantziar estatuan dauden preso politikoek ikasi dezaketela UPVn, eta gradu determinatu batzuk bakarrik. Espainiar estatuan, ezinezkoa dute UPVn ikastea, euren ikasketak UNED bezelako distantziazko unibertsitateetan burutu behar dituztelarik. Hala ere, aukeratu ditzazketen graduak eramateko zailatsun handiak jartzen ditu sistemak berak. Izan ere, preso hauek jasaten ari diren baldintzak ez dira mendeku hutsa; horiek hartutako hautu politikoaren ondorio zuzena da. Beren militantzia politikoa jazartzeko eraso zuzena da, klase eta nazio zapalkuntzei aurre egiteko hartu duten paperagatik eta beraz baldintza horiek zapalkuntza horien parte dira.

Azterketak egiteko zailtasun argiak, apunteak eskuratzeko ezintasuna, UPVren zein beste instituzioen  pasibotasun garbia, ikasketa tasak osorik ordaindu beharraren kostu ekonomikoa, tutoretzak edukitzeko ezintasuna… hauek dira ikasle presoek euren ikasketak aurrera eramateko pairatu behar dituzten zailtasunak. Horiei gehitu behar diegu, nola ez, espetxeko zuzendarien zein funtzionarioen partetik jasotako tratu txarrak eta askotan honek guztiak eragindako etsipena, agobioa eta min psikologikoa.  

Ikasle presoen egoera ostera, ezin da ulertu begirada orokorrago bat egin gabe. Garai bereziak ditugu Euskal Herrian. Borroka armaturik gabeko garaia da egokitu zaiguna, eta garbi dago horrek baldintza aldaketa argi batzuk ekarri dituela gaur egungo testuinguru politikora. Euskal preso eta iheslari politikoen egoerak larria izaten jarraitzen du, eta Euskal Herrian bizi dugun gatazka politikoaren isla da. Sistema kapitalistan, burgesiak edozein motatako tresnak erabili izan ditu mugimendu iraultzaileak isilarazten saiatzeko eta praktika politikoa deuszestatzeko. Finean, bakearen eta konponbidearen aroan gaudela sinestarazi nahi digute, jakinik inoiz baino ageriagoa dela euskal herri langilea jasaten ari den errepresioa, sistemak birproduzitzen duen klase zapalkuntza eta Espainia, Frantzia zein Euskal Herriko hainbat eragile zein instituziok darabilten gatazkaren despolitizazioa. Kapitalismoak bizirik dirauen bitartean, ez da bakerik izango, euskal herri langileak askapen osoa lortu ezean, ezta konponbiderik izango. Duela hamarkada batzuk hasitako bidearen helburuak lortzera bidera, ezinbestekoa da euskal preso guztiak kalean izatea, garrantzitsua delarik etorkizunean errepresaliatu politiko gehiago egon ez daitezen baldintzak sortzea.Dena den kapitalismoaren aurkako borrokak dirauen bitartean ezin izango da errepesaliatu gehiago egotea ekidin, hauek egotea estatu kapitalisten indar errepresiboen menpekoa baita.

Preso dauden ikasle batzuk ikasten zuten bitartean izan dira atxilotuak, beste batzuk ikasketak barruan hasi dituzte ordea, baina funtsean, sistema honen aurkako borrokak eraman ditu barrura, eta sistema kapitalista suntsitzeko  hemen behar ditugu eta aldi berean, sistema suntsituz gero, kartzelekin amaitu eta gurera ekarriko ditugu.

Esan bezela, azken berri bat iritsi zaigu azken orduetan Osnytik. Bertako ikasle presoak diren Julen Mendizabal eta David Plari, ikasteko beharrezkoa duten materiala blokeatu egin diete, eta euren ikasteko eskubidea kenduko dietelakoarekin mehatxatu dituzte. Julen eta Davidek hilabeteak daramatzate ikasteko materiala eskuratzeko borrokan, eta erantzun ezkorrak eta zailtasunak besterik ez dituzte aurkitu. Era berean, ikasle preso guztiei eragin dakiekeen kontu baten aurrean egon gaitezkeela uste dugu.

Honegatik guztiagatik, Apirilaren 5ean Osny aldera abiatuko diren autobus guztiak beteko ditugu, Apirilaren 6ean, jezarpen hau salatu eta gure elkartasuna adierazteko Osnyko kartzelan dauden ikasle presoei. Argitara atera dezagun gure ikasgeletan ez gaudela denok, arazo serio bat dagoela hemen, eta ikasle presoek ere euren aitortza eta babesa merezi dutela. Datozen egunetan, euskal hiriburuetako taberna eta fakultate ezberdinetan jarriko dira autobusetako tiketak salgai, eta ikasle mugimenduko zein gazte mugimenduko  kide orori dei egiten diogu bertan parte-hartzera. Bonolaguntza bereziak ere kaleratuko dira nahi duen orok bere aportazio ekonomikoa egin dezan. Pertsona orori ere dei egiten diogu, Campus ezberdinetan diru bilketa aurrera eramateko egingo diren planteamendu ezberdinetan bere aportazioa egin dezan.

Ikasle presoak klasean nahi ditugulako, Apirilaren 6ean denok Osny-ra!

       Ikasle Presoen Sostengurako Taldeak,

      Euskal Herrian, 2017ko Otsailaren 15ean.




[PODCAST] Txalaparta du samedi 11 mars 2017

12032017

Au programme :

-  Justice d’exception dans l’état français: sous contrôle judiciaire avec les comptes en banque bloqués depuis plus de 10 ans et sans être jugés,  de nombreux militants basques ignorent encore officiellement les raisons de ces mesures, mais en connaissent le commanditaire, c’est l’état espagnol.

-  Présentation du syndicat basque LAB par l’un de ses militants, Enaut Aramendi. Présent dans le studio, il commente aussi les sujets du jour.

-  Reportage à Donosti sur la mobilisation pour la libération de Sara qui allait être séparée de sa fille de trois ans que son géniteur avait tenté d’assassiner, la violence pénitentiaire ajoutée à la violence machiste.

-  Gabi Mouesca, rencontré cette semaine,  nous parle des prisonnières et prisonniers politiques, de la torture et de la répression.

Avec des femmes engagées pour les chansons : Pauline et Juliette (Ilargia), Muda (Zoaz Lasai), Joan Baez (Txori Txori), Huntza (Aldapara Gora).

Bonne écoute !

 




[PODCAST] Txalaparta du samedi 25 février 2017

26022017

Comme tous les seconds et quatrièmes samedis du mois de 18h à 19h30, retrouvez Txalaparta, l’émission du CSPB sur Radio Fréquence Paris Plurielle. En alternance avec l’émission corse Radio Paese.

Au programme de l’émission du samedi 25 février 2017 :

Prisonniers gravement malades, entretien avec l’un d’entre eux Manu Askarate enregistré en 2014.

La pratique de la torture par les polices de l’Etat espagnol.

La revendication du droit à la souveraineté des peuples avec Oscar Temaru, candidat polynésien aux élections présidentielles.

L’Eusko monnaie locale au Pays Basque nord passe au numérique.

Et en accompagnement musical des extraits du festival  de  solidarité avec les prisonnières et prisonniers politiques basques à Durango, 40 MINUTU ROCK, le 19 février 2017 et « Torturator y espejo » de Mario Benedetti.




[PODCAST] Txalparta du samedi 11 février 2017

14022017

Comme tous les seconds et quatrièmes samedis du mois de 18h à 19h30, retrouvez Txalaparta, l’émission du CSPB sur Radio Fréquence Paris Plurielle. En alternance avec l’émission corse Radio Paese.

Au programme de l’émission du samedi 11 février 2017 :

  • La situation des prisonnier-èr-s politiques basques gravement malades, entretien avec Jeanine Beyrie, membre d’Etxerat, mère de prisonnière politique.
  • Le mouvement de jeunes Aitzina, entretien avec son porte parole Aitor Servier et extraits de l’assemblée de sa création fin 2013.




[PODCAST] Emission du CSPB sur Radio Libertaire le mardi 31 janvier

1022017

Comme tous les derniers mardis du mois de 22h30 à 00h30, le CSPB était présent sur Radio Libertaire mardi 31 janvier 2017. Retrouvez le podcast avec les dernières actualités en Euskal Herria :

  • la grande manifestation en faveur des droits des prisonnier.e.s politiques basques de Bilbao du 14 janvier ;
  • l’action d’Aitzina (organisation de jeunesse du Pays baque nord) à Paris pour les droits des prisonnier.e.s politiques basques ;
  • la répression contre des habitants de Tafalla (Navarre) solidaires des prisonnier.e.s politiques basques ;
  • le compte-rendu de la délégation d’Etxerat (organisation des familles des prisonnier.e.s politiques basques) à Bruxelles ;
  • une interview du groupe de musique Gatibu ;
  • la présentation du livre File, Ramuntxo ;
  • un hommage à Jean-Marie Poli, militant indépendantiste corse.


 




[PODCAST] Txalparta du samedi 28 janvier 2017

30012017

Comme tous les seconds et quatrièmes samedis du mois de 18h à 19h30, retrouvez Txalaparta, l’émission du CSPB sur Radio Fréquence Paris Plurielle. En alternance avec l’émission corse Radio Paese.

Au programme de l’émission du samedi 28 janvier 2017 :

- Retour sur les arrestations des artisans de la paix à Lohossoa en décembre avec les déclarations de l’un d’entre eux et des élus du Pays Basque.

- Reportage pendant la manifestation à Bilbo le 14 janvier

- Initiative d’Etxerat à Bruxelles pour les prisonniers gravement malades

- Manifestation « Kalera Kalera » à Usurbil avec un millier d’ancien-e-s pres@s

- chansons de Pablo Hassel militant antimonarchiste catalan poursuivi par l’Audience nationale espagnole.




Quand l’État français veut faire taire la solidarité du Peuple basque avec ses prisonniers

30122016

Ce mardi 27 décembre, de jeunes militants du mouvement de jeunesse basque Aitzina ont manifesté leur solidarité avec les prisonnières et prisonniers politiques basques, dont ils demandent la libération.

paris-aitzina

 

Cela fait en effet cinq ans que l’organisation ETA a décidé de mettre fin à la lutte armée, pour qu’avec toute la société basque la lutte pour le droit à décider du Peuple basque se poursuive sous des formes exclusivement pacifiques et démocratiques. Pourtant, les États espagnols et français continuent de maintenir enfermés, dispersés et très éloignés de leurs proches des centaines de militantes et de militants basques.

En même temps que d’autres jeunes s’enchaînaient aux grilles de la Direction de l’administration pénitentiaire à Madrid, six jeunes militants ont fait de même aux grilles du Palais de Justice de Paris en brandissant des drapeaux demandant le retour des prisonnier-ère-s à la maison.

À Madrid, la police espagnole a relâché les jeunes manifestants après avoir relevé leur identité. Mais à Paris, les six militants, plus un autre jeune qui les accompagnait, ont été interpellés et placés en garde à vue pendant 48 heures, et ceci dans des conditions inacceptables : les garçons ont été maintenus enfermés à 5 dans une seule cellule de 9 mètres carrés. Ils ont été jugés jeudi soir en comparution immédiate. Après les avoir présentés comme « sympathisants de l’ETA » le tribunal les a condamnés à des amendes pénales de 500 à 1 000 euros chacun pour manifestation non autorisée et refus de prélèvement d’empreintes et d’ADN, tout en reconnaissant pourtant le caractère pacifique et non violent de cette manifestation.

Par sa brutalité, cette réaction des pouvoirs publics montre combien l’État français, qui s’est enfermé dans un refus injustifiable de toute solution politique au conflit basque et de toute reconnaissance des droits de ce peuple, craint les initiatives de la société civile. C’est aussi ce qu’a mis en lumière la récente arrestation de cinq personnalités souhaitant accompagner le processus de désarmement de l’ETA, arrestation au cours de laquelle notre ministre de l’Intérieur n’a pas hésité à ajouter le mensonge au ridicule, ainsi que l’a dénoncé le Président d’honneur de la Ligue des Droits de l’Homme.

Le Comité de solidarité avec le Peuple basque s’élève contre le traitement policier et la condamnation de ces jeunes militants, et appelle tous les progressistes et démocrates à leur manifester soutien et solidarité pour cette action digne et nécessaire face à l’immobilisme irresponsable de nos gouvernants.
Paris, le 30 décembre 2016

COMITÉ DE SOLIDARITÉ AVEC LE PEUPLE BASQUE

 

 




Les prisonniers politiques basques de Villepinte en lutte

19122016

Depuis le 18 novembre les prisonniers basques incarcérés à la prison  de Villepinte (93) sont au mitard pour demander des conditions dignes de détention. Ils nous ont fait parvenir une lettre d’information sur leur situation. Aujourd’hui, en soutien, famille et ami-es souhaitons apporter notre soutien et dénoncer cette situation lamentable en envoyant massivement une lettre à la Directrice de la prison et au Ministre de la Justice.

Modèles de lettres : fichier pdf herriaren gutuna

arka igor_fr

Lettre des prisonniers politiques basques de Villepinte

Maison d’arrêt de Villepinte, décembre 2016

Kaixo Euskal Herria,

Par cette lettre , nous, Arkaitz Agirregabiria et Igor Uriarte, membres du Collectif des prisonnier-es politiques basques (EPPK) , incarcérés à la Maison d’Arrêt de Villepinte, souhaitons vous informer de notre situation carcérale. En effet, cela fait déjà un an suite à l’arrivée de la nouvelle Direction de Villepinte que nous subissons des attaques à nos droits fondamentaux. Dès leur arrivée , ils ont souhaité restreindre nos conditions de visite , que nos camarades incarcérés avaient obtenus par la lutte. Une fois de plus , c’est grace à la lutte que nous avons mené à l’intérieur de la prison ( refus de quitter la cellule, blocage, mitard), à la solidarité du Pays Basque notamment par un envoi massif de lettres que ces restrictions exigées par la Direction soient moins , et à maintenir des conditions de visites dignes. Cependant , ces restrictions des droits fondamentaux se sont poursuivies, affectant différents aspects de notre vie quotidienne, comme:

  • La santé: ils nous ont supprimé les douches médicales. Ce certificat médical nous permettait une douche quotidienne, aujourd’hui réduite à trois fois par semaine. Nous avons de grandes difficultés pour obtenir des rendez-vous avec les différents spécialistes des services médicaux. On se demande où disparaissent nos courriers de sollicitation de rendez -vous?
  • Les activités: les horaires des promenades ont été réduits (de 3 heures à 2h30) et de sport (de 4 heures à 3 heures maintenant). Refus d’accès à différentes installations et ressources (comme la Bibliothèque). Difficultés d’accès au Service scolaire, restriction d’activités…
  • La communication extérieure: difficultés constantes d’accès à la cabine téléphonique du module, retard injustifié du courrier (de 10-15 jours à 5 semaines à 1 mois aujourd’hui).
  • Le service de cantine: gestion et services déficients de l’entreprise GEPSA, absence de cantine extérieure, détérioration dans les quantités et qualités alimentaires, conditions d’hygiène déplorable lors de la distribution…

A cette liste il faut rajouter la dernière atteinte à nos conditions de vie, l’imposition de partager la cellule. Les Maisons d’Arrêts reçoivent essentiellement des personnes en détention préventive, n’ accomplissant pas de longues peines (1,2 ou 3ans ), on peut les définir comme des prisons de transit. En aucun cas, ces lieux n’ont été conçu pour maintenir en détention des personnes sur une longue durée. Cependant les prisonniers politiques basques y passons souvent de nombreuses années . Il est alors d’autant plus indispensable lorsque l’on passe 21 heures dans des cellules de même pas 9m², d’être seul pour un minimum de dignité.

Depuis les actions jihadistes perpétrées dans l’Etat français, cet Etat a profité de cette situation pour restreindre des droits et des libertés au nom de la sécurité. Ils font la guerre au delà de leurs frontières et assigne à la discipline la classe ouvrière à l’intérieur de leur pays par la restriction de ses droits. L’Etat de Droit s’est converti en Etat d’exception,dont la prison est le reflet.

Qualques chiffres représentatifs sur les prisons dans lequelles nous sommes en préventive: il y a 46.075 prisonniers pour une capacité de 33.263. Ceci est révélateur de la situation honteuse des prisons françaises, d’un pays qui se prétend être à l’origine de la Déclaration des Droits de l’Homme. L’Etat et ses geôliers n’ont aucun intérêt à mettre fin à cette situation. Les prisons sont devenus un véritable négoce public- privé. Plus il y a de prisonniers , plus il y a de bénéfices.

Face à cette situation nous, prisonniers nous sommes obligés de limiter ces abus afin que nos droits et notre dignité soient respectées. C’est pour toutes ces raisons que nous refusons d’être regroupés en cellule. Il faut d’ailleurs préciser qu’une loi française datant de 1958 confirme ce droit à une cellule individuelle, bien que ce droit ne soit pas souvent respecté. C’est grâce à la lutte que les prisonniers politiques basques ont perpétué ce droit.

Pour poursuivre , voici le texte que nous avons lu devant un membre de la Direction lors d’une Commission Disciplinaire.

“Nous comparaissons devant cette commission pour expliquer les motifs de notre refus d’être regroupé en cellule. Depuis 2010 , la surpopulation carcérale n’est que la suite logique des années précédentes mais lourde de de conséquences, par exemple: des personnes dormant par terre, des bagarres entre co-détenus… Nous sommes en novembre 2016 et cette situation se poursuit. Quelques chiffres données par la Direction Interregionale de Paris en ce mois de novembre 2016 : la surpopulation à Fleury-Merogis est de 154%, à Nanterre de 174,8%, à Osny de 156,5%, à Villepinte de 184,7%, à Bois d’Arcy de 178,8%, à Fresnes de 184,9%,
à Meaux de 185,7%. Selon les mêmes sources 1.422 personnes dorment parterre. Dans les prisons en préventive de Paris et alentours, la capacité opérationnelle est de 7.050 prisonniers alors qu’il y en a 11.751, donc 166,7% de surpopulation. L’Etat français et sont mal nommé Ministère de la Justice violent les droits des prisonniers et nous pousse aux limites en tant qu’être humain. Cette
situation qui perdure depuis de nombreuses années refléte bien le peu d’intérêts portés par l’Etat français aux personnes incarcérés. Nous sommes les encombrants de la société qu’ils veulent nous imposer, et tout ce qui passe à l’intérieur des murs ne transparaît pas à l’extérieur, tout le monde s’en fiche.

Durant de nombreuses années , tous ces différents responsables appliquant la Justice sont restés indifférents face à cette situation inhumaine. Aujourd’hui, les 2 prisonniers politiques basques incarcérés à Villepinte sommes châtiés car nous revendiquons notre droit à rester seul en cellule (jusqu’à présent de par notre profil nous avons toujours été seul en cellule). Parce nous réclamons que notre dignité soit respectée , parce que nous demandons que vous appliquiez votre loi.

Nous sommes convaincus qu’à cette heure, cette prison est plus rentable que jamais, car il n’y a jamais eu autant de “consommateurs”. Comment est-il possible face à une violation permanente des droits, que l’administration et une entreprise privée fassent des bénéfices? Cela nous paraît lamentable!

Ils ont converti les prisonniers en des numéros. Là où il peut y en avoir qu’un seul on en place 2, là où c’est 2 on en met 3, là où c’est 4… Quand les prisonniers que nous sommes, ne sommes plus que de simples numéros et marchandises, la situation est très grave! Madame la Directrice la responsabilité de cette situation est celle de l’Etat , la votre, mais en aucun cas celle des prisonniers qu’ils demeurent seul ou pas en cellule. Demander à un prisonnier “s’il n’a pas honte d’être seul en cellule alors que d’autres dorment parterre?” , comme l’a fait la Directrice Mme Poplin, c’est de la pure hypocrisie! Vous êtes aveuglés par le pouvoir et en oubliez que nous défendons nos droits et notre dignité.

L’un d’entre nous a déjà passé 6 ans et demi seul en cellule, enfermé 21 heures dans un espace de même pas 9 m² ( surface à laquelle il faut enlever la place du lit, des WC, de l’armoire, de la table et du lavabo) à 950 km de chez nous, sans aucune possibilité d’intimité avec nos compagnes. L’un d’entre nous, est qualifié de DPS (Détenu Particulièrement Surveillé qui pour raison de sécurité, selon votre loi, devrait être seul encellule), il est depuis 6ans et demi en préventive et doit encore attendre un an avant d’être à nouveau jugé et ce alors que la France a déjà été condamné par la Cour Européenne des Droits de l’Homme pour avoir violé les délais pour l’un des nôtres. Mais cela aussi vous êtes égal!

Tout cela pour dire que nous connaissons bien les dures conditions carcérales, et nous savons que des personnes doivent parfois dormir parterre en cellule. Dans l’Etat français on peut incarcérer des personnes pour quelques jours, quelques mois… Nous, nous restons là…Madame la Directrice, si de votre point de vue, vous souhaitez que nous soyons tous au même niveau , nous n’avons pas la même vision des choses. Qui se préoccupe de notre situation?Vous, certainement pas. Vous êtes venus nous imposer votre décision s’en prendre en compte notre situation. Vous êtes venus par la force revendiquer que c’est votre droit. Ce ne sont pas deux lits qui vont résoudre un problème structurel. Mais vous avez encore procédé sans dialogue, sans respect.

La Sous Directrice a essayé de nous convaincre que nous n’avons aucun droit à désobéir aux ordres du personnel pénitentiaire, remarque à laquelle nous avons répondu que “nous accomplirions ces ordres tant qu’ils n’attentent pas à notre dignité. Et de poursuivre, bien que notre dignité soit mise à mal nous n’avons “aucun droit à la désobéissance”, notre réponse fut alors des plus claire: oui, Madame la Sous Directrice nous avons des droits. En prison, on nous enlève la liberté, mais pas la liberté de prendre des décisions, dont nous assumons les conséquences, et cela les prisonniers politiques basques l’avons toujours fait .

C’est vous qui n’assumez pas les conséquences de ce système judiciaire malade, car vous continuiez à remplir les prisons sans aucune limite. CETTE SITUATION DOIT PRENDRE FIN! Car si ce n’est nous mêmes qui défendons nos droits, personne ne le fera. Nous défendons nos droits de la seule façon qui nous est possible , en désobéissant aux ordres qui ne respectent pas nos droits , sans
violence, sans insulte, mais avec des arguments et une attitude fermes. Nous vous sollicitons à nouveau afin de respecter notre droit à une cellule individuelle , ici et ailleurs, comme à tous nos camarades dans la même situation à Fleury, fresnes, Osny et Meaux… que ce droit soit respecté.”

Pour le moment , ce problème nous affectent à ceux qui sommes incarcérés à Villepinte. Les autres camarades de lutte doivent supporter la surpopulation d’une autre manière, mais pour l’instant il semblerait que le droit à la cellule individuelle soit maintenu. Mais nous savons aussi que les conditions de vie carcérale se dégradent de jour en jour. C’est pour tout cela que nous encourageons la société basque à participer à toutes les initiatives en faveur du respect des droits des prisonnier-es , qu’ils soient malades, éloignés, ayant accompli les ¾ de leur peine, à tout ceux et celles qui luttent pour des conditions de vie décentes… et bien sur! En faveur de notre retour à la maison. La clé est dans le travail en commun entre le Collectif EPPK et la société basque. C’est par l’engagement et la lutte que nous allons y parvenir! Enfin , pour terminer nous lançons un appel à tout Euskal Herria pour participer à la manifestation de janvier 2017 organisée par Sare, pour remplir les rues de Bilbo et à partir de cette date à rester mobilser dans les diffrentes dynamiques pour la liberté de notre peuple et notre retour chez nous.

JO TA KE! Aurrera Bolie!!

AMNISTIA ETA AUTODETERMINAZIOA

EPPK de la maison d’arrêt de Villepinte , décembre 2016




Un beau moment de solidarité internationale

19122016

affichepetite

Comme tous les ans, la section à Paris de l’Associu Sulidarità (association de soutien avec les prisonniers politiques corses) organisait Natale per i patriotti. Cette année, le Comité de Solidarité avec le Peuple Basque s’est joint à leurs camarades corses pour rappeler que les combats des prisonnières et prisonniers politiques basques et corses étaient les mêmes.

Dans l’après-midi, un marché solidaire avait réuni différentes associations vendant des produits du Chiapas, du Wall Mapu, de Palestine, de Grèce, des communautés amérindiennes ainsi que d’Euskal Herria et de Corse. Ce sont près de 300 personnes qui sont venues afin d’offrir à leurs proches un témoignage des luttes pour la liberté. En même temps, des documentaires étaient projetés notamment autour de la lutte exemplaire menée à Standing Rock contre la construction d’un gazoduc : Water is life !

En soirée, ce sont plus de 100 personnes qui ont chanté avec le groupe corse Scontru, toujours présent lorsqu’il s’agit d’exprimer leur solidarité avec les prisonniers politiques. Avant que le tour de chants ne commence, des militants.tes du CSPB et de l’Associu Sulidarità ont pris la parole afin de rappeler les conditions de détention connues par les prisonnières et prisonniers politiques basques et corses, la politique de vengeance des Etats français et espagnol et la nécessité de créer le rapport de forces suffisant pour faire plier ces Etats, notamment pour obtenir la libération de tous les prisonniers. Unai Arkauz, dont le père est incarcéré depuis 25 ans, a également pris la parole pour témoigner.

Nous avons particulièrement mis l’accent sur les conditions de détention inhumaines dans lesquelles se trouvent Igor Uriarte et Arkaitz Agirregabiria détenus au mitard depuis le 18 novembre 2016 à la prison de Villepinte. Une campagne internationale a été lancée afin d’écrire massivement à la Directrice de la Maison d’Arrêt de Villepinte et au Ministre français de la Justice.

Cette soirée a encore une fois permis de montrer que la solidarité était indispensable à la lutte et que, ensemble, pas à pas, nous parviendrons à libérer nos prisonniers, à libérer nos peuples.

IMG_2414

Elkartasun internazionalistaren egun ederra Parisen

Urtero Pariseko Associu Sulidarità-k (Korsikako preso politikoekiko elkartasun taldea) “natale per i patriotti” antolatu izan du. Aurten Euskal Herriarekiko Elkartasun Komiteak kide korsoekin bat egin du euskal eta korsikako preso politikoen borroka berdina dela gogoraraziz.

Arratsaldean, elkartasun merkatu batek hainbat elkarte batu ditu Txiapaseko, Wall Mapuko, Palestinako, Greziako, Amerikako jatorriko herrietako eta Euskal Herriko zein Korsikako produktuak saltzeko. 300 pertsona inguru etorri dira askatasunaren aldeko borroken inguruko testigantzak ematera. Honekin batera, hainbat dokumental jarri ziren ikusgai batez ere Standing Rocken gas-bide baten eraikuntzaren aurka egindako borroka eredugarriaren inguruan: Water is life!

Gauean 100 pertsona baino gehiagok abestu zuten korsikako Scontru taldearekin batera, beti prest dagoena preso politikoekiko elkartasun ekitaldietan parte hartzeko. Honen aurretik Euskal Herriarekiko Elkartasun Komiteko eta Associu Sulidaritèko militanteek hitza hartu zuten preso politikoen egoera zein den azaltzeko, Estatu espainol eta frantsesaren mendeku politika salatzeko eta deia luzatzeko indar korrelazio nahikoa lortzeari begira lan egiteko, preso guztien askatasuna lortzeko. Unai Arkauz, 25 urte preso daramatzan euskaldun baten semeak, bere esperientzia kontatu zuen baita ere.

Aipamen berezia izan zuen Igor Uriarte eta Arkaitz Agirregabiriaren egoerak, mitard.ean sartuta baitaude azaroan 18tik Fresnesen. Nazioarte mailako kanpainia bat jarri da martxan Fresneseko zuzendariari eta Justizia Ministroari era masiboan idazteko.

Egun honek beste behin ere erakutsi digu elkartasuna beharrezkoa dela borrokarako, eta elkarrekin, pausuz pausu, lortuko dugula gure presoak askatzea, gure herriak askatzea.




Free Nekane !

19122016

L’Espagne torture encore

Free Nekane ! dans Répression Espagne-Torture

Pour la neuvième fois, les juridictions internationales viennent de condamner l’Espagne pour sa pratique de la torture et pour ne pas mener d’enquêtes suite aux plaintes des prisonniers basques détenus dans ses prisons. Le gouvernement régional basque a récemment révélé un rapport qui précise les faits : plus de 4000 personnes auraient été torturées entre 1960 et 2013, certaines à plusieurs reprises. L’Etat espagnol nie se livrer à la torture, mais s’en sert effectivement pour obtenir des aveux, ce qui lui permet à la fois de contourner ses propres lois contre cette pratique et de condamner les militants de la cause basque à de lourdes peines.

Le cas de Nekane Txapartegi illustre cette situation scandaleuse. Cette journaliste basque, détenue à Zurich, fait l’objet d’une demande d’extradition déposée par l’Espagne. La Suisse pourrait céder à cette demande pour éviter un gel diplomatique avec l’Espagne, qui reproche à Nekane d’avoir collaboré avec l’ETA en 1999. Mais sa condamnation est fondée sur des aveux prononcés sous la torture, alors qu’elle était détenue dans les sous-sol d’un commissariat de Madrid, sans contacts avec ses proches et ses avocats. Comble de l’horreur, Nekane a été asphyxiée, frappée, dénudée et violée à plusieurs reprises par les agents espagnols.

La prison et la torture sont des moyens utilisés par l’Etat espagnol pour maintenir une chape de plomb sur la société basque, qui est majoritairement favorable à l’auto-détermination. Cette répression est inacceptable. Nous apportons notre soutien à Nekane comme à tous les prisonniers politiques basques, dont nous exigeons la libération. La jeunesse basque aspire à une vie sans répression.

Free Nekane !

Source : http://marxiste.org/international/europe/espagne/2078-l-espagne-torture-encore







Jeunesse et Développement |
RELATOS DE EDGAR |
Politique buzz en Eure-et-Loir |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Luisant Pour Tous
| Collectif antilibéral de Ch...
| Blog de Michel Issindou