• Accueil
  • > Cspb
  • > “Les autonomies en Bolivie et en Espagne”

“Les autonomies en Bolivie et en Espagne”

20 10 2008

evo.jpg eaeanviruneamanindependdentzia.jpg

UNIPOMA

 

L’Université Populaire Mariátegui – France (UNIPOMA)
dans le cadre de son cycle “
La voix de nos Amériques”

Vous invite à un échange de points de vues sur
“Les autonomies en Bolivie et en Espagne”

evo.jpg manibilbo11nov.jpg

* Le gouvernement d’Evo Morales en Bolivie se trouve confronté aux prefets des regions de l’est du pays qui exigent une autonomie regional non conforme à la constitution et en conflit avec l’interet general du pays.

* Depuis 1978 il existe en Espagne les autonomies regionales, notamment au pays basque, mais une partie du peuple basque n’est pas satisfaite avec celles-ci.

 

avec- Andrés GUZMAN, membre du Consejo pro-Bolivia-Francia

- Karlos Casas ALZUGARAI, membre du Comité de solidarité avec le peuple basque à Paris

le Samedi 25 octobre

de 15h00 à 18h00

Lieu : La Maison des Associations, “Salle Jaune”

35-37, Av. de la Résistance – 93100 – Montreuil

Métro : ligne 9, station Croix de Chavaux

-ouvert à tous-

Unipomap@yahoo.es

 

UNIPOMA, La Universidad Popular Mariátegui Francia (UNIPOMA)

en el marco de su ciclo de Conversaciones “Voces de Nuestra américa”
le invita a
un intercambio de puntos de vista sobre
“Las autonomías en Bolivia y en España”

* El gobierno de Evo Morales en Bolivia esta confrontado a los prefectos del este del pais que exigen una autonomia regional que no es conforme con la constitucion y que esta en conflicto con el interes de la mayoria del pays.

* Desde 1978 existen en España las autonomias regionales, por ejemplo en el pais vasco, pero estas no satisfacen a una parte del pueblo vasco.

- Andrés GUZMAN, miembro del consejo pro-Bolivia-Francia

- Carlos Casas ALZUGARAI, miembro dek Comite de solidaridad con el pueblo vasco en Paris

Sábado 25 de Octubre

de 15h00 a 18h00

Lugar: La Maison des Associations, “Salle Jaune”

35-37, Av. de la Résistance – 93100 – Montreuil

Métro : ligne 9, station Croix de Chavaux

- abierta a todos -

Unipomap@yahoo.es

 

zazpiak bat.jpg

Introduction

Le statut d’autonomie que nous demandons pour le pays basque nord comme celui que nous demandons pour le pays basque sud (CAV+Navarre) n’a rien a voir avec ce que veut la bourgeoisie bolivienne ni avec ce qu’ont obtenu les bourgeoisies dans l’état espagnol.

Le Statut actuel en vigueur dans l’état espagnol ne nous convient pas car il sépare la Navarre des autres provinces (Gipuzkoa, Araba et Bizkaia). Pour nous un Statut d’autonomie ou un état indépendant est avant tout un moyen de préserver l’existence du peuple basque par la reconnaissance de ses droits collectifs (notamment en matière linguistique et culturelle).

Les Statuts d’autonomie en vigueur dans l’état espagnol ont eu pour but de diluer les questions nationales basque, catalane et galicienne, puisqu’ont été créés en 1979 pas moins de 17 statuts d’autonomie. Il ne s’agissait donc pas de reconnaître les différentes nations présentes sur le territoire de l’Etat espagnol. En plus ils ont contribué à la division des peuples catalan et basque (la Generalitat de Catalogne n’englobe pas tous les pays catalans et la Communauté Autonome d’Euskadi n’inclut pas les basques de Navarre.

En Bolivie les oligarques qui tentent actuellement d’obtenir l’autonomie des provinces de l’est se fichent bien de l’avis des peuples. Ces mêmes oligarchies ont soutenu les précédents gouvernements qui ont toujours bafoué les droits des peuples amérindiens et du peuple en général, elles ne cherchent qu’à faire de l’argent, à continuer à exploiter et opprimer les peuples et à déstabiliser le Gouvernement d’Evo Morales avec l’appui des Etats-Unis et de l’Etat espagnol. De plus en Bolivie la Constitution est démocratique puisque elle est le résultat d’une Assemblée Constituante alors que dans l’Etat espagnol elle est un legs des franquistes qui ont obtenu un consensus avec la pseudo « gauche » espagnole et les bourgeoisies nationales et si il est vrai qu’il y eût un référendum pour aprouver cette Constitution, notons que dans la CAV comme en Navarre il n’a pas obtenu une majorité de oui puisque les forces abertzale de gauche ont appelé à votre non et celles de droite à l’abstention seule une minorité a donc appuyé cette constitution antidémocratique prélude à la création des statuts d’autonomie en vigueur.

En Bolivie comme en Euskal Herri ce sont les peuples qui doivent décider!

CECI A UNE SOLUTION
LA SOLUTION EST POSSIBLE, ELLE EST ENTRE NOS MAINS

La Gauche Abertzale veut dire haut et fort que l’opportunité d’une solution démocratique reste ouverte dans notre pays.

Elle est entre nos mains, entre les mains de toutes et tous, entre les mains des agents sociaux, syndicaux et politiques, en favorisant des dynamiques et initiatives sur le chemin vers la solution du conflit politique.

La Gauche Abertzale travaille à cette labeur et a rendue publique la proposition de Cadre Démocratique avec l’objectif de chercher une solution démocratique.

EN QUOI CONSISTE LA PROPOSITION DE CADRE DEMOCRATIQUE ?

C’est la proposition qu’a réalisée la Gauche Abertzale pour s’acheminer vers les minimas démocratiques qui nous mèneraient au dépassement définitif du conflit.

C’est l’offre que réalise la gauche Abertzale pour obtenir un accord entre les différents agents de ce pays.

C’et la proposition qui peut amener la paix et la justice à notre peuple.

EN PARTANT DE L’ACTUELLE SITUATION, ELLE PROJETTE UN CHEMIN DE TRANSITION

En prenant comme base l’accord entre les différentes traditions politiques, elle propose les pas échelonnés qui se développeront à des échéances accordées :

  • En partant de l’actuelle réalité institutionnelle
  • Elle nécessitera le soutien démocratique des citoyens dans chacun de ses pas
  • Elle garantira le statut propre de Nafarroa
  • Elle nécessitera le soutien majoritaire des citoyens en Nafarroa et dans la Communauté Autonome Basque

RESULTAT FINAL:

UN CADRE DEMOCRATIQUE POUR EUSKAL HERRIA

Dans la phase finale du processus les quatre herrialdes (territoires) de Hego Euskal Herria (Sud du pays Basque, CAV + Nafarroa) formeront une unique Autonomie politique.

Dans cette Autonomie politique sera régulé le droit de décider de la citoyenneté des quatre herrialdes, et ainsi tous les projets seront matérialisables, aussi celui de l’indépendance.

Par ailleurs, l’Etat français devra accepter l’Autonomie pour les trois territoires de Ipar Euskal Herria (Nord du Pays Basque, Labour, Basse Navarre et Soule), avec les moyens et et la capacité législative pour faire face aux problématiques structurelles dont souffre notre peuple.

Ainsi, devrait être accordée entre tous les agents une dynamique politique, institutionnelle et sociale qui ouvre les portes à l’articulation de tous les territoires basques.

Les Etats espagnol et français devraient s’engager à respecter les décisions de la citoyenneté basque.

COMMENT PROCEDE-T-ON?

Sont nécessaires le dialogue et la négociation entre les différents agents de Euskal Herria; le résultat de cette négociation doit être un accord qui cherche à résoudre de manière démocratique le conflit. Et cet accord doit être respecté par les deux Etats.

Comme résultat de cet accord, la citoyenneté doit avoir la possibilité de décider librement, sans pressions, persécutions ni ingérences d’aucune sorte.

La Gauche Abertzale veut montrer son engagement absolu pour faire tout ce qui est entre ses mains dans la recherche de la solution définitive.

EUSKAL HERRIA NECESSITE LE CHANGEMENT

Négation, partition et imposition. C’est la réalité qu’a souffert Euskal Herria durant de longues années.

  • Les Constitutions espagnoles et française, tout comme le Statut de Gernika dans la CAV et l’Amélioration du For en Navarre dérivés de la première, divisent Euskal Herria et nient son existence même, empêchant qu’elle puisse décider son présent et son futur.
  • Comme conséquence, elles empêchent que Euskal Herria puisse se structurer et se développer comme nation dans des domaines stratégiques comme la langue, la socio-économie, l’éducation, la culture…

La citoyenneté de Euskal Herria demande le changement

  • Le Statut de Gernika tout comme l’Amélioration du For ne répondent pas aux nécessités et désirs, de l’immense majorité de la citoyenneté de Araba, Bizkaia, Gipuzkoa et Nafarroa Garaia.
  • De la même manière, en Lapurdi, Baxe Nafarroa et Zuberoa, augmente chaque fois la demande d’une autonomie politique qui réponde à la problématique de ces territoires.
  • L’épuisement des actuels cadres juridico-politiques et la nécessité d’un changement structurel est un fait dont personne ne doute à présent.

Le changement que nécessite Euskal Herria: Un cadre démocratique

Il est temps de répondre à la demande de changement de la citoyenneté. Comment?

  • Le changement doit se baser sur la reconnaisance de Euskal Herria comme nation, dans le dépassement de la division territoriale et sur la reconnaissance du droit d’autodétermination, établissant un espace démocratique qui ouvre les portes au libre développement de tous les projets politiques.
  • Seulement ainsi pourra se résoudre démocratiquement le conflit politique et armé.

BASES pour un CADRE DEMOCRATIQUE

Reconnaissance de Euskal Herria comme nation

Euskal Herria est une nation et comme tel, doivent lui être reconnus tous ses droits

Reconnaissance et garantie du droit d’autodétermination

Un cadre démocratique doit articuler le sujet de décision, dépassant l’actuelle division territoriale, et doit rendre possible que la citoyenneté de Euskal Herria puisse décider son présent et son futur, y compris l’option de l’indépendance.

Reconnaissance et garantie de tous les droits

Un cadre démocratique doit reconnaître tous les droits de toute la citoyenneté de tout le Pays Basque et la doter des mécanismes nécessaires pour pouvoir les garantir. En ce sens, il doit rendre possible la construction d’institutions nationales.

Chemin consensuel

Il correspond aux agents politiques, sociaux et syndicaux de favoriser consensuellement la transition entre la situation politico-institutionnelle actuelle et un cadre démocratique.

PROPOSITION pour un cadre démocratique

La gauche abertzale propose une formule concrète, qu’elle transmet à tous les agents politiques, sociaux et syndicaux de Euskal Herria. Une proposition réaliste, qui prend en compte l’actuelle réalité politico-institutionnelle; démocratique, qui ouvre les portes à tous les projets politiques; et nationale, qui contemple l’ensemble du territoire.

  • Un statut d’autonomie pour Araba, Bizkaia, Gipuzkoa et Nafarroa Garaia, qui comprenne le droit d’autodétermination. Pour l’entrée en vigueur du nouveau cadre, celui-ci devrait être soutenu tant dans la Communauté Autonome Basque que dans la Communauté Forale de Navarre.
  • Une autonomie politique pour Lapurdi, Nafarroa Behera et Zuberoa, qui comprenne le droit d’autodétermination.
  • La création d’institutions nationales qui rendent possible la garantie de tous les droits pour tous les citoyens et citoyennes dans tout le Pays Basque.

VERTUS DE LA PROPOSITION POUR UN CADRE DEMOCRATIQUE

UNE PROPOSITION DEMOCRATIQUE

La proposition pour un Cadre Démocratique est une proposition démocratique, vu qu’elle établit un espace démocratique, dans lequel tous les projets politiques et donc, aussi celui qui poursuit la construction de l’Etat Basque, pourront être défendus en égalité de conditions et matérialisés en fonction de l’adhésion sociale qu’ils suscitent.

NE PAS REPETER DES ERREURS HISTORIQUES

Euskal Herria a déjà été aux portes du changement en d’autres occasions. Il y a 30 ans, elle eût l’opportunité historique de dépasser la négation et l’oppression espagnole et récupérer ses droits nationaux. Cependant, certains secteurs de ce peuple avaient préféré plonger dans le Statut des Autonomies, sans rompre complètement avec le franquisme et qui continuait à nier notre peuple, afin d’établir une nouvelle division territoriale. Maintenant, 30 ans après, nous ne pouvons répéter la même erreur. Euskal Herria

ne mérite pas cela.

 

Beaucoup de peuples, une seule lutte _ « Hamaika herri, borroka bakarra »

« Prefiero ver a la India libre por la violencia que esclava y encadenada a la violencia de los dominadores. »

Gandhi

« Un pueblo que deja perder su lengua es un pueblo vencido y condenado a desaparecer. Por el contrario, un pueblo vencido, mientras conserve su lengua, puede decirse que tiene en su mano la llave de su prision; Podra ser invadido, sometido al yugo mas rudo por parte del conquistador, pero morir…¡Jamas!

Mistral

No importa que sea suave el yugo de un poder extranjero, no importa que pese tan ligeramente sobre sus hombros: si no este impuesto por la voz de su propia nacion y de su propio pais, el no querra, no podra, no creera ser feliz bajo su peso.

Webster

Se nos ha ofrecido CONSTITUCION y PAZ.
HEMOS RESPONDIDO: PAZ e INDEPENDENCIA,
Porque solo la independencia puede asegurar
La amistad de los españoles, la voluntad del
Pueblo y sus derechos sagrados. ¿Podriamos
Aceptar una CONSTITUCION ENEMIGA
Prostituyendo nuestras leyes patrias?
¿Podriamos
Ligar nuestros intereses a los intereses de una
Nacion que es nuestro suplicio?

Simon Bolivar

Se pourrait-il que les pauvres sont-ils pauvres parce que leur faim nous nourris et leur nudité nous habille?

Eduardo Galeano

Antes morir de pie que vivir de rodillas

Dolores Ibarruri, Pasionaria

Tengo dos pueblos para amar y un mundo por el que luchar

Pakito Arriaran

Podrán cortar todas las flores, pero no podrán detener la primavera…

Pablo Neruda

Pays en voie de développement est le nom par lequel les experts se réfèrent aux pays accablés par le développement des autres pays

Eduardo Galeano

C’est en arrivant au sommet que l’on découvre qu’il existe beaucoup d’autres montagnes à escalader

Nelson Mandela

 


Actions

Informations



Laisser un commentaire




Jeunesse et Développement |
RELATOS DE EDGAR |
Politique buzz en Eure-et-Loir |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Luisant Pour Tous
| Collectif antilibéral de Ch...
| Blog de Michel Issindou