Démocratie 3 Millions participera quand même aux élections

14 02 2009

jpb.gif Pays Basque

 

Démocratie 3 Millions participera quand même aux élections

 

p004_01_d3m.jpg

14/02/2009

 

 

 

Goizeder TABERNA

 

Dans un silence révélateur de la classe politique, jeudi soir le Tribunal Constitutionnel espagnol a interdit la participation de Démocracie 3 Millions (D3M) et du parti Askatasuna aux élections de la Communauté Autonome Basque du 1er mars. Pour la première fois depuis la création de la CAB, la gauche abertzale ne sera pas représentée au Parlement de Gasteiz. Toutefois, la plateforme a voulu participer à la campagne électorale et appelle à déposer le bulletin de D3M dans l’urne.

 

«Nous allons nous présenter à ces élections (…) parce que c’est notre droit», a affirmé, hier, le représentant de D3M à Gasteiz (Araba), appelant les électeurs à «voter utile» «pour passer d’une démocratie zéro à une démocratie pour toute la nation basque».

 

Recours à Strasbourg

 

La veille, le Tribunal Constitutionnel avait annulé les listes. Une sentence qui ne remplit pas les principes requis par l’ONU, ne s’appuie pas sur des preuves solides et n’offre aucune garantie juridique, d’après Julen Aginako, le porte-parole de D3M. C’est pourquoi la plateforme compte recourir auprès du Tribunal des Droits de l’Homme de Strasbourg.

 

Les membres des listes exclues de ces élections ont relevé «le silence complice» des autres partis politiques et en ont profité pour critiquer Juan Jose Ibarretxe, l’actuel président de la CAB, car il n’a pas tenu sa promesse d’organiser une consultation populaire.

 

Cependant, dans son programme, le candidat du PNV réitère son engagement en faveur de «la reconnaissance de l’identité nationale basque» qui serait présent dans «un nouveau pacte politique avec l’Etat».

 

Un accord global avec l’Etat

 

Trente ans après l’approbation du Statut d’autonomie, J.J. Ibarretxe veut arriver à «un accord global avec l’Etat, pour que celui-ci l’applique dans son intégralité», et transfère toutes les compétences inscrites dans le statut.

 

Reprenant quasiment cette idée, le candidat du Parti socialiste d’Euskadi, Patxi Lopez propose «d’actualiser par le consensus le pacte statutaire». Selon lui, «le Statut [d'autonomie] est l’instrument qui garantit notre droit à décider». Et d’ajouter, «la politique des fronts en Euskadi a une date de péremption : le 1er mars».


Actions

Informations



Laisser un commentaire




Jeunesse et Développement |
RELATOS DE EDGAR |
Politique buzz en Eure-et-Loir |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Luisant Pour Tous
| Collectif antilibéral de Ch...
| Blog de Michel Issindou