• Accueil
  • > Archives pour le Lundi 20 avril 2009

« Dans un processus révolutionnaire »

20042009

jpb.gif Pays Basque

 

« Dans un processus révolutionnaire »

 

p004_01_lab.jpg guadeloupe.jpg drapeaumartinique.jpg

 

18/04/2009

 

Goizeder TABERNA

Alors que les médias parisiens ont le regard rivé sur les états généraux de l’Outre-mer, Patrick Dore, Myrlin Davile et Petit-Louis Casimir sont en visite à Bayonne. Représentant les syndicats martiniquais et guadeloupéen UGTM et UGTG, ils sont venus raconter leur lutte, celle de l’émancipation de leurs peuples.

«Le peuple va choisir le calendrier de son émancipation», assure Myrlin Davile, membre de l’UGTG. Pour lui, les états généraux ont commencé le 5 décembre 2008 avec une liste de proposition de 146 points définis au sein de la plateforme LKP (Lyannaj Kont Pwofitasyon), dont l’UGTG fait partie. Et non cette semaine, comme l’a décidé le Gouvernement français.

Négociations

Pour les deux centrales syndicales antillaises, l’heure est à l’action. «Nous sommes tous les jours en négociations… Nous ne pouvons pas sortir des négociations pour entrer dans un parloir», insiste Patrick Dore de l’UGTM. Effectivement, les acteurs sociaux sont en négociation, en ce moment, pour l’application des accords signés le 3 mars en Guadeloupe et le 14 mars en Martinique.

En attendant, le mouvement continue. Bien qu’on ne parle pas de grève générale, bien qu’on ne défile pas une fois par semaine dans les rues comme au mois de février, il existe une trentaine de grèves dans différents secteurs en Guadeloupe. Dans l’île voisine, après 38 jours de grève générale le Collectif du 5 février 2009 a déclaré la «suspension» du mouvement. Toutefois, «la vigilance est maintenue». Pour preuve, hier, une manifestation a été organisée, alors que se déroulaient à la préfecture, les négociations sur l’emploi.

Lancé sur des questions de pouvoir d’achat, le mouvement a dépassé le problème du prix du pain. «Nous sommes dans un processus révolutionnaire, car tous les secteurs sont concernés et parce que ce mouvement se traduit par des transformations dans la société», considère Patrick Dore. Pendant la grève générale, il y avait au minimum 5 000 personnes dans la rue et cela pouvait aller jusqu’à 30 000 personnes.

Maintenant, cette population en mouvement décrypte mieux le fonctionnement de la société locale, d’après les syndicalistes. Une société dans laquelle 90 % de l’économie est dans les mains d’une classe dirigeante. «C’est un mouvement contre le système colonial», résume Myrlin Davile.

Participation des médias

Et les médias ont joué un rôle important dans cette prise de conscience. Les journalistes locaux ont suivi de près les manifestations et les négociations ; ils ont participé au mouvement. A tel point que les rapports avec les médias ont changé. Une télévision s’est même montée en 24 heures grâce à des professionnels. Ainsi, la télé Otonom Mawon a retransmis tous les soirs les manifestations.

«Les journalistes ont fait leur boulot, mais ils ont été sanctionnés», raconte le syndicaliste guadeloupéen. Des rédacteurs en chef ont fait l’objet de mises à pied, le responsable et une journaliste de Canal 10 ont été en garde à vue… Comme l’affirme Patrick Dore, «le mouvement a dépassé le cadre formel des syndicats».

Sarean Zer, la nouvelle dans autres sites:

Berria – Sindikatuek uko egin diete kolonien geroaz aritzeko elkarrizketei. Guadalupe, Martinika, Reunion eta Guyanaren geroari buruz Sarkozyk bultzatu eztabaida prozesua maingu abiatu da

Gara – Las promesas se estancan y el debate antillano arranca con motor diesel

Le JPB – Début en Guadeloupe des états généraux de l’outre-mer




EHLG : Réactions politiques et syndicales

20042009

jpb.gif Pays Basque

 

EHLG : Réactions politiques et syndicales

laborantzaganbara.jpg

 

18/04/2009

 

 

 

Béatrice MOLLE

 

La décision du Parquet de faire appel du jugement du Tribunal de Bayonne qui avait relaxé Michel Berhocoirigoin le 26 mars dernier continue de susciter des vagues de protestations de la part de nombreux collectifs, associations et partis politiques.

 

La CFDT «se déclare stupéfaite après avoir eu connaissance de l’appel interjeté par le Parquet. La décision indiquait qu’EHLG n’entraînait ni par son appellation en euskara ni par son objet une quelconque confusion avec la Chambre d’Agriculture des PA. Nous dénonçons l’attitude du Parquet général et assurons de notre soutien l’association EHLG».

 

Le NPA du Pays Basque «s’insurge de la décision du Parquet de Bayonne de faire appel du jugement et dénonce cet acharnement des pouvoirs publics à l’encontre d’une association de paysans dont le seul crime est de militer pour une agriculture respectueuse de l’environnement et des consommateurs et en faveur de l’installation de jeunes agriculteurs».

 

AB «dénonce une fois de plus la décision intolérable prise par le représentant judiciaire de l’Etat français contre EHLG.

 

Faire appel le 10e et dernier jour contre la relaxe prononcée nous semble être le fruit d’une rage et d’une raison d’Etat illégitime».

 

Quant à Batasuna il estime «que par cette décision l’Etat français s’entête à nier l’existence d’Euskal Herri. Par le biais de son administration et du Ministère de la Justice, l’Etat français criminalise le travail réalisé par Euskal Herriko Laborantza Ganbara.

 

Batasuna lance un appel au soutien sans failles à EHLG et aux actions qui seront menées en sa faveur.»




FESTIVAL GORA EUSKAL HERRIA

20042009

FESTIVAL GORA EUSKAL HERRIA

ehirabazi.jpg
PENA FESTAYRE présente :
Vendredi 12 juin à partir de 17h00 PAF 10 euros avec une conso
LOS TRES PUNTOS (Ska festif de Paris)
SKAVILLE UK (Ska reggae avec membres de THE SPECIALS, BAD MANNERS, SELECTERS, THE TROJANS, PRINCE BUSTER, LEE PERRY)

lauburuanimado.gif
BETAGARRI (Ska festif du pays basque)
SAGARROI (Ska reggae du pays basque)

basqueplanete.jpg
HARDSKIN (Punk rock anglais)
PENA FESTAYRE (32, avenue Corentin Cariou, 75019 Paris, métro porte de la villette)







Jeunesse et Développement |
RELATOS DE EDGAR |
Politique buzz en Eure-et-Loir |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Luisant Pour Tous
| Collectif antilibéral de Ch...
| Blog de Michel Issindou