Emilie Martin refuse de se rendre à la justice espagnole

6 11 2013

En refusant de se rendre à Madrid, Emilie Martin met la pression sur Paris

Publié dans Le Journal du Pays Basque  du  06/11/2013

Emilie Martin refuse de se rendre à la justice espagnole dans Politique emilie

Le bras de fer est engagé. Convoquée par l’Audience nationale dans le cadre des poursuites contre Herrira, la porte-parole du mouvement au Pays Basque Nord Emilie Martin a refusé, hier, de se rendre à Madrid. Elle défie ainsi la sacro-sainte coopération franco-espagnole.

Dans un entretien accordé à l’AFP, la jeune militante a justifié son choix en rejetant la légitimité de l’Audience nationale, “tribunal qui bafoue les droits de l’Homme”. Emilie Martin assume également les conséquences de sa décision : “Mon absence à l’audience va entraîner automatiquement l’émission d’un mandat d’arrêt européen délivré par Madrid et la France va devoir décider si elle l’applique ou non”.

La citation à comparaître du juge d’instruction n° 6 de l’Audience nationale (révélé par Le Journal du Pays Basque le 12/10/2 013) ne laisse guère de place au doute : “Sa présence [à Emilie Martin, ndlr] est obligatoire. Si elle venait à ne pas
comparaître, la présente convocation se transformerait en ordre de détention, européen inclus”.

Un palier juridique et politique
La balle estdonc désormais dans le camp de Madrid… mais surtout de son fidèle allié français.

Sur le plan juridique d’abord, si un MAE est émis, le dossier d’Emilie Martin constituerait un nouveau précédent dans l’utilisation du dispositif européen.

La jeune femme se voit en effet reproché des faits “d’appartenance à une organisation terroriste, financement et apologie du terrorisme” alors qu’elle ne s’est jamais rendue dans l’Etat espagnol depuis qu’elle est porte-parole d’Herrira.
La justice espagnole prend ainsi l’initiative de poursuivre un ressortissant étranger sur un territoire qui lui est tout aussi étranger pour des faits – appartenance à Herrira – qui sont légaux dans l’espace juridique concerné. Une porte ouverte à toutes les dérives mais aussi une totale négation du principe de la territorialité de la loi pénale difficilement concevable pour nombre de juristes et de responsables politiques.

“Comment réagirait l’Espagne si la France poursuivait un ressortissant espagnol pour des faits commis en Espagne ?” s’interroge la députée socialiste de la cinquième circonscription et avocate Colette Capdevielle. “Cela me paraît vraiment
hallucinant”.

Le dossier est aussi éminemment politique. Depuis l’arrivée des socialistes au pouvoir, la parfaite entente entre les deux ministères de l’Intérieur – pourtant opposés sur l’échiquier politique – n’est plus à démontrer. Dés lors, impossible
d’imaginer qu’un ordre de détention soit émis à l’encontre d’Emilie Martin, sans l’aval de Paris.

Surtout après l’épisode “Aurore Martin”, ses grandes manifestations et ses élus socialistes remontés. À quelques mois des municipales, relancer les vives protestations contre le MAE pourrait aussi se révéler suicidaire pour les socialistes locaux en ballottage…

Le prochain sommet France-Espagne – le 27 novembre à Madrid – pourrait contribuer à affiner les positions.

Pour le mouvement Herrira, citant également le mandat d’arrêt européen appliqué à Jokin Aranalde, l’intention de Paris et Madrid ne fait aucun doute : “Face à la mobilisation populaire, les Etats français et espagnol n’ont  pour réponse
que des mesures répressives”.

 


Actions

Informations



Laisser un commentaire




Jeunesse et Développement |
RELATOS DE EDGAR |
Politique buzz en Eure-et-Loir |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Luisant Pour Tous
| Collectif antilibéral de Ch...
| Blog de Michel Issindou