• Accueil
  • > Archives pour octobre 2014

LIBEREZ IBON FERNANDEZ IRADI!

31102014

ibon1-150x95[1]

ETXERAT 30 octobre 2014

Le délibéré du jugement en appel a été rendu aujourd’hui. Il maintient Ibon Fernández en détention. En effet, la Cour d’Appel a refusé de répondre à la demande de suspension, préférant se retrancher derrière une troisième expertise médicale qu’elle vient d’ordonner.Par ce biais la décision est repoussée au 28 mars 2015, Ibon est condamné à subir l’évolution donc l’aggravation de sa maladie, en prison encore 5 mois de plus, sans certitude d’une libération au final. Il s’agit là, disons le clairement, d’une décision cynique et inacceptable.

Rappelons la situation d’Ibon.

Il est l’un des dix prisonniers politiques basques gravement malades. Atteint d’une sclérose en plaque, sa maladie ne peut être efficacement combattue que s’il est libéré, et certainement pas en prison. C’était la conclusion des médecins experts, pour autant la Cour demande de nouveau aux médecins de redire ce qui est un fait déjà avéré, plus de 2 années se sont écoulées depuis la première demande d’Ibon. Une nouvelle fois, le gouvernement français suit le gouvernement espagnol dans son refus du moindre geste en faveur du processus de paix. Cette ligne de conduite l’amène à refuser une mesure comme la suspension de peine d’Ibon qui n’est pourtant qu’une exigence humanitaire des plus élémentaires. Cette ligne de conduite va aussi à l’encontre de la demande massivement exprimée en Pays Basque : l’Etat français – comme l’Etat espagnol – doit s’engager dans le processus de paix, doit amorcer le dialogue dans le nouveau contexte qui est né il y a déjà 3 ans avec la conférence d’Aiete et l’arrêt définitif de la lutte armée par l’ETA.

Les 8 000 manifestant-e-s qui ont défilé dans Bayonne en juin dernier derrière la banderole « Droits de l’Homme – Résolution – Paix » exigent du gouvernement français qu’il amorce le dialogue, qu’il en finisse avec la répression et les mesures d’exception, qu’il respecte les droits des prisonniers et des exilés. Pourtant, le vendredi 24 octobre de nombreux élus d’Iparalde se sont engagés de nouveaux pour interpeller l’Etat français et l’enjoindre à s’engager dans la résolution du conflit en Pays-Basque.

Nous n’acceptons pas le maintien en détention d’Ibon Fernandez Iradi. Chaque jour supplémentaire en prison est un jour de plus qui ne lui permet pas d’être soigné dans de bonnes conditions ! Chaque jour supplémentaire d’Ibon en prison est un jour de trop ! Nous poursuivrons et intensifierons la mobilisation, pour Ibon et pour toutes et tous les autres prisonnier-e-s!

Libérez Ibon !

ETXERAT




Etxerat : chronique du mois de septembre

16102014

 

etxeratconf.jpg

L’association Etxerat a publié sa chronique du mois de septembre sur la situation des prisonnières-ers, réfugiées-és et exilées-és basques.

Vous pouvez la télécharger en cliquant ici (format PDF).




Ibon Iparragirre en danger de mort

5102014

Conférence de presse d’Etxerat le 3 octobre 2014 à Bilbao : Ibon Iparragirre en  danger de mort  

Les autorités pénitentiaires espagnoles viennent de refuser au prisonnier politique basque Ibon Iparragirre l’application de l’article 100.2 du Règlement Pénitentiaire espagnol, soit le placement en régime atténué (prisonnier à la maison avec de strictes mesures de sécurité en raison d’une grave maladie).

Dans une conférence de presse à Bilbao ce matin, Etxerat, la famille d’Ibon, son avocate et son médecin de confiance ont expliqué leur vive inquiétude à son sujet (voir sa situation médicale dans le document suivant).

La situation des 10 prisonniers souffrant de maladies graves et incurables est très inquiétante et leur santé, loin de s’améliorer, empire chaque jour.

La situation dans laquelle les autorités espagnoles et françaises maintiennent ces dix prisonniers est inacceptable et la violation de leurs droits essentiels quotidienne. Les deux gouvernements continuent à s’acharner dans la voie de l’aggravation de la souffrance pour des bénéfices politiques immédiats. Ils maintiennent ces dix prisonniers derrière les barreaux en sachant bien que la maladie dont ils souffrent empirera beaucoup plus rapidement ; en sachant bien qu’ils les condamnent à mort. Et comme si ça ne suffisait pas, ils les maintiennent sous les régimes les plus durs, leur appliquant des mesures cruelles comme la dispersion, l’isolement ou les multiples entraves au bon déroulement des traitements médicaux. Nous parlons d’une décision politique destinée à générer douleur et souffrance. D’une condamnation à mort.

Ils ont refusé le régime atténué à Ibon alors qu’il s’y trouvait en 2011. Et ce parce que son état de santé l’exigeait. Se serait-il amélioré ? Un cas de SIDA au stade C peut-il s’améliorer ? Eh bien NON. Une fois encore, il y a une décision politique derrière tout cela. Une décision politique de condamnation à mort. Ibon est gravement malade et doit être remis en liberté. Pour des raisons humanitaires.

Il est bien évident que le refus de libérer ces prisonniers n’est en aucun cas lié à leur état de santé ou à une quelconque loi ou réglementation… C’est une décision politique sciemment réfléchie qui les conduit actuellement vers la mort la moins digne possible.

Trois prisonniers politiques basques sont morts en prison en moins d’une année, et nous avons d’autres cas gravissimes avec de très mauvais pronostics. Mais les autorités espagnoles ne voient pas de raisons humanitaires de les libérer, elles qui en avaient trouvé si vite pour Rodriguez Galindo, Vera ou Barrionuevo (hauts responsables politiques et militaires espagnols condamnés pour leur participation à la guerre sale contre les exilés basques et rapidement libérés).

Ils sont en train de prolonger la souffrance par la violation des droits essentiels des prisonniers et de leurs proches.

Il est urgent et crucial de libérer immédiatement les prisonniers atteints de maladies graves et incurables et d’en finir MAINTENANT avec la dispersion.

ibon

Ibon Iparragirre: Analyse de son état de santé actuel  

Après l’analyse de son état de santé et l’examen des différents rapports médicaux le concernant, ses médecins de confiance sont arrivés aux conclusions suivantes:

Lire la suite… »







Jeunesse et Développement |
RELATOS DE EDGAR |
Politique buzz en Eure-et-Loir |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Luisant Pour Tous
| Collectif antilibéral de Ch...
| Blog de Michel Issindou