20000 personnes à Bayonne pour la résolution du conflit

8042017

baiona 20170408

A Bayonne, le 8 avril a marqué la fin du désarmement d’ETA, mais surtout, une nouvelle phase dans le processus de paix au Pays Basque. Les ‘artisans de la paix’ ont lu un manifeste définissant les principes d’une résolution intégrale du conflit.

Le 7 avril ETA  avait publié ce communiqué :

fichier pdf 20170407-communique-eta (2)




L’organisation armée ETA dénonce la fermeture de l’espace de dialogue

28032013

L’organisation armée ETA dénonce la fermeture de l’espace de dialogue  dans Lutte armée imagescabzp99j

LU DANS LE JOURNAL DU PAYS BASQUE DU 27/03/2013

Près de trois semaines après l’annonce, dans la presse espagnole, de la fermeture d’un espace de dialogue avec le gouvernement espagnol à Oslo en Norvège, ETA est sortie de son silence. Dans un communiqué de presse daté du 17 mars 2013 et publié hier dans son intégralité par le site d’information naiz.info, l’organisation armée est revenue sur cet événement en indiquant qu’il “retarde et complique la résolution du conflit”.

À travers la longue note rendue publique en fin d’après-midi, ETA retrace le parcours de cet espace de dialogue et explique les raisons de sa fermeture. “Le gouvernement espagnol n’a jamais montré aucun sérieux et a laissé mourir cet espace de dialogue quand il ne l’a pas directement attaqué avec ses services secrets”, déplore l’organisation qui rappelle que sa démarche est “sérieuse et constructive”.

Le communiqué de presse indique également que des “propositions précises et courageuses” ont été faites au gouvernement français dans le but de développer le processus de paix. Selon l’organisation armée, Paris aurait reconnu la “solidité des propositions” formulées, mais aurait “choisi de s’aligner” sur les positions de Madrid.

Prêt à parler du désarmement

Dans la seconde partie du communiqué, ETA s’oppose à une utilisation “malveillante” du thème du désarmement qui servirait aux États à “occulter leur entière responsabilité dans le blocage du processus de paix”. C’est pourquoi l’organisation armée a rappelé, comme l’ont indiqué à plusieurs reprises les acteurs internationaux, sa disposition à dialoguer autour de son désarmement, mais uniquement dans le cadre d’un débat qui viserait à “dépasser définitivement toutes les conséquences du conflit”.

Au mois de novembre, déjà, elle avait proposé un “agenda pour la paix” pour aborder les questions relatives au désarmement, mais aussi aux réfugiés, aux prisonniers, aux victimes ou encore à la démilitarisation.

La délégation reste “active”

Malgré la fermeture de l’espace de dialogue, l’organisation armée rappelle dans la dernière partie de son communiqué son engagement en faveur d’une résolution définitive du conflit. Elle indique notamment que la délégation qu’elle a nommée pour mener les discussions restera “active” et appelle “l’ensemble des acteurs” à se mobiliser. Et de conclure : “Nous n’allons pas céder face aux difficultés. Parce que le Pays Basque mérite la paix et la liberté.”




Communiqué de ETA 15 novembre 2012

15112012

Communiqué de ETA 15 novembre 2012 dans Lutte armée ETA-Euskadi_Ta_Askatasuna

ETA a adressé au Pays Basque un communiqué envoyé au quotidien GARA pour indiquer qu’il est prêt à négocier sa dissolution. Il fixe à trois les thèmes de la négociation exclusive : le retour des prisonniers au Pays Basque, les formules et délais du désarmement et la dissolution de ses structures, et l’adaptation des forces policières au Pays Basque à une situation de fin de confrontation armée.

Communiqué de ETA à Euskal Herria

A la suite de la conférence de Aiete et un an après l’annonce de l’arrêt de la pratique de la lutte armée ETA organisation socialiste révolutionnaire de libération nationale veut faire part à Euskal Herria de ses réflexions et de ces propositions.

Tout d’abord, ETA veut dénoncer la régression qui a lieu depuis la décision d’arrêt de la lutte armée. Ceux qui avant cette déclaration étaient favorables au processus de paix à travers un dialogue et un accord sont en train de faire marche arrière.

En plus de fermer la porte au dialogue les gouvernements français et espagnol suivent la route contraire au règlement du conflit, à l’intérieur d’un agenda de destruction de la paix. La manière d’agir avec les prisonniers et réfugiés politiques basques, les actions répressives des dernières semaines, les menaces et les déclarations des deux ministres de l’intérieur sont éclairantes.

Certaines organisations politiques n’ont pas davantage adopté d’attitude constructive. Souvent les intérêts des partis politiques passent avant la volonté de la société. Ainsi pour des calculs électoraux ou pour maintenir une attitude d’imposition, les tentatives de ralentir et de défigurer le processus ont été nombreuses et prolongent les souffrances.

ETA veut faire remarquer que par le passé ces mêmes attitudes ont éloigné le règlement du conflit. Et aujourd’hui le risque de laisser le processus sans issue est évidente. ETA veut souligner que la voie de la répression est stérile. Les états peuvent détruire les possibilités de paix, mais ainsi ils ne pourront jamais résoudre le conflit.

Lorsque la seule proposition est la fermeture et une répression cruelle, lorsque se refusent les solutions démocratiques pour dépasser le conflit, on alimente la confrontation.

C’est cela qui est en jeu: la possibilité d’obtenir un règlement solide et durable du conflit. La possibilité de construire un avenir en paix et en liberté pour Euskal Herria.

Malgré tout, ETA pense que nous disposons de forces suffisantes pour faire face au blocus et amener le processus en avant. Mais nous devons donner des pas pour éviter l’installation du blocus et que la déception ne s’installe. Nous devons redoubler d’efforts. Pour ETA, la société basque, ses acteurs, tous les citoyens doivent être les protagonistes majeurs du processus. La communauté internationale ne devrait pas renoncer devant le blocus. Une partie du conflit a répondu favorablement à la proposition d’Aiete, elle a le soutien de la majorité de la société basque, c’est suffisant pour aller de l’avant. Après un long cycle d’élections ETA espère que les partis politiques agiront de manière responsable et constructive. Pour sa part ETA veut affirmer sa volonté de travailler à la résolution du conflit, pour casser le blocus, dans le but de trouver des issues efficaces dans le développement du processus.

Il faut un agenda pour la paix.

Devant les agressions des états, les obstacles et les attitudes négatives, sur la base de la feuille de route de Aiete, ETA pense qu’un agenda pour la paix est nécessaire. En partant de l’engagement de chacun nous devons avancer vers un renforcement des efforts communs en faveur du processus. Le but de cet agenda serait d’amener les états au règlement du conflit et à une structuration du processus de paix.

Il faudrait construire l’agenda pour la paix sur trois colonnes

  • répondre a la situation d’exception: la répression, le non respect des droits civils et politiques et surtout de manière urgente répondre à la situation des prisonniers politiques basques.
  • faire entendre la revendication en faveur du règlement du conflit, depuis tous les coins d’Euskal Herria faire parvenir jusqu’à Paris et Madrid la volonté de paix
  • élargir les voies du dialogue, créer des espaces pour atteindre des accords.

Proposition de ETA

Durant cette année ETA s’est efforcé d’engager un dialogue avec les gouvernements français et espagnol. En effet, ces gouvernements sont au courant de l’engagement sincère de ETA pour l’ouverture d’un dialogue. De la même manière ETA veut présenter ses propositions persuadée qu’il existe des raisons suffisantes pour avancer. Cette proposition est basée sur la volonté de mettre fin de manière durable et ordonnée à la confrontation armée, pour déposer une base saine à la paix de façon complémentaire au processus démocratique qui doit s’instaurer en Euskal Herri.

Pour ETA le processus pour dépasser le conflit devrait avoir deux objectifs

Il faut résoudre le problème des prisonniers et de tous ceux qui ont du quitter leur famille en raison de la confrontation.

Les forces qui ont participé à la confrontation armée doivent s’adapter à la nouvelle situation, amener la normalisation démocratique, pour que le processus démocratique en Pays Basque se développe sans menace, en toute liberté.

Pour atteindre ces objectifs ETA propose un agenda pour le dialogue.

  • des délais et des formules pour que tous les prisonniers et réfugiés basques rentrent en Euskal Herria
  • des délais et des formules pour le désarmement, pour défaire la structure militaire et engager la démobilisation
  • des délais en adaptant la fin de la présence des forces de confrontation armée qui se trouvent en Pays basque.

Il faudrait ajouter trois remarques sur l’agenda:

Il est connu que dans la confrontation les états ont utilisé la force et provoqué des crimes ( torture, guerre sale, exécution de militants de ETA…) et pour cela il n’y a pas de prisonnier car les forces des états ont agit dans impunité totale. Ainsi ETA ne renonce pas à la nécessité de reconnaissance de la vérité et de la responsabilité des états.

En ce qui concerne les personnes ayant décidé de partir d’Euskal Herria en raison de l’action armée, ETA pense qu’à la suite de sa décision ce problème est en voie de règlement.

La confrontation a provoqué des victimes. C’est une conséquence du conflit que le processus de paix doit étudier. Il faut envisager cela de manière différente et aborder ces problèmes de point de vues différents, cela demande de nombreuses démarches, et dépasse donc cet agenda. De toute façon ETA est prête à intégrer cette problématique à l’agenda sur la voie de la vérité et la reconnaissance de chacun.

Ceci étant la proposition de ETA nous affirmons que nous sommes prêts à écouter et étudier les propositions de la France et de l’Espagne.

Si nous atteignons un accord sur les points abordés plus haut, une voie serait ouverte pour poursuivre dans ce sens. La poursuite de l’accord, le dépassement du conflit amènerait la fin définitive de la confrontation armée.

Dans ce contexte, au-delà des pas donnés pour atteindre un accord, ETA prendra des décisions pour s’adapter à la nouvelle situation en fonction de nos objectifs politiques, du processus de paix et de ce que demande le moment politique lui-même.

Pour tout cela, ETA en réaffirmant sa bonne foi, veut faire savoir qu’elle continuera à œuvrer en faveur de la possibilité du règlement du conflit de manière déterminée.

En Euskal Herria le 15 novembre 2012




Nouveau pas de ETA

21102011

portadajpb.jpg

ETA annonce l’arrêt définitif de ses activités armées dans un communiqué reçu en trois langues (basque, français, espagnol) aujourd’hui, 20 octobre 2011, par la rédaction du JOURNAL DU PAYS BASQUE. L’organisation armée invite, par ailleurs, les Etats français et espagnol à entamer des discussions sur « les conséquences du conflit ».  Elle appelle enfin la société basque à « agir avec responsabilité et courage » vis-à-vis du processus de résolution du conflit, « jusqu’à la construction d’un scénario de paix et de liberté ». 21/10/2011

Déclaration d’ETA

Euskadi Ta Askatasuna, organisation socialiste révolutionnaire basque de libération nationale, souhaite à travers cette Déclaration faire savoir sa décision au Peuple Basque :

ETA considère que la Conférence Internationale qui a récemment eu lieu en Pays Basque est une initiative de grande importance politique. La résolution accordée rassemble les ingrédients pour une solution intégrale au conflit et compte avec le soutien de larges secteurs de la société basque et de la communauté internationale.

Un nouveau cycle politique est en train de s’ouvrir en Pays Basque. Nous nous trouvons devant une opportunité historique pour trouver une solution juste et démocratique à ce conflit politique séculier. Face à la violence et à la répression, le dialogue et l’accord doivent caractériser le nouveau cycle. La reconnaissance du Pays Basque et le respect de la volonté populaire doivent l’emporter sur l’imposition. Tel est le désir de la majorité de la société basque.

Ces longues années de lutte ont permis cette opportunité. Le chemin n’a pas été facile. La dureté de la lutte a emporté à jamais de nombreux compagnons. D’autres subissent la prison ou l’exil. Nous leur adressons notre reconnaissance et notre hommage le plus sincère.

Dorénavant, le chemin ne sera pas pour autant plus facile. Face à l’imposition qui est toujours présente, chaque pas, chaque gain sera la fruit des efforts et de la lutte de la société basque. Tout au long de ces années, le Peuple Basque a accumulé l’expérience et la force nécessaires pour affronter ce chemin, et en a également la détermination.

Il est temps de regarder le futur avec espoir. Il est temps aussi d’agir avec responsabilité et courage.

Pour toutes ces raisons,

ETA a décidé l’arrêt définitif de son activité armée. ETA lance un appel aux gouvernements d’Espagne et de France pour ouvrir un processus de dialogue direct qui aura comme objectif la résolution des conséquences du conflit et, en conséquence, le dépassement de la confrontation armée. A travers cette déclaration historique, ETA montre son engagement clair, ferme et définitif.

Enfin, ETA lance un appel à la société basque pour qu’elle s’implique dans ce processus de résolution jusqu’à la construction d’un scénario de paix et de liberté.

Vive le Pays Basque libre ! Vive le Pays Basque socialiste !

Jo ta ke independentzia eta sozialismoa lortu arte !

En Euskal Herria, le 20 octobre 2011

Euskadi Ta Askatasuna

E.T.A.

EDITORIAL du JPB par Antton ETXEBERRI

Déclaration historique pour une nouvelle ère politique

Avec un communiqué ne souffrant d’aucune ambiguïté, l’organisation Euskadi Ta Askatasuna (ETA) annonce publiquement l’arrêt définitif de toute action armée, et réitère son appel aux gouvernements français et espagnol pour le dialogue politique. Trois jours à peine après la Conférence pour la Paix organisée à Donostia, ETA s’engage de manière unilatérale pour l’abandon définitif de la lutte armée, 52 années après sa création.

Ce faisant, l’organisation impulse un nouvel engagement des plus importants pour la mise en place de la résolution du conflit. Elle confirme également ses précédentes déclarations d’engagement en faveur de la paix, et confirme son adhésion complète au processus de réflexion appelé Zutik Euskal Herria, porté par la gauche abertzale dans son ensemble, qui a démarré par la Déclaration d’Altsasu le 14 novembre 2009. Réflexion qui a abouti aux accords de Gernika le 25 septembre 2010.

Lire la suite… »




ETA prend la parole, les partis réagissent

21072011

Le 7 juillet dernier ETA a transmis un communiqué qui a été publié par deux journaux dont GARA. 

Le bi-mensuel Ekaitza dans son dernier numéro, en reprend les idées essentielles, ainsi que les principales réactions publiques.  

Ce communiqué d’ETA, dont nous avons retenu toutes les idées essentielles,  a suscité de nombreuses réactions. En voici les plus importantes, issues de tous les milieux politiques intéressés par la situation au Pays Basque.   

La coalition Bildu (composée d’Eusko Alkartasuna, Alternatiba et Ezker Abertzalea) a accueilli très positivement ce communiqué d’ETA. Bildu considère que ce communiqué « confirme la possibilité ouverte en Euskal Herri de cheminer vers la paix ». Elle appelle tous les acteurs impliqués dans une démarche de résolution du conflit que connaît le Pays Basque à agir pour « une paix définitive et une normalisation politique susceptible d’apporter une vraie démocratie au pays ». Elle réaffirme son souhait d’une « paix juste, dans laquelle tous les droits, aussi bien individuels que collectifs, soient reconnus, et les droits civils et politiques respectés et garantis ». Elle ajoute qu’elle travaille pour un « droit d’autodétermination » ouvrant la porte à « l’obtention, si c’est ce que décident les citoyens basques de manière pacifique et démocratique, de tous les projets politiques, y compris l’indépendance ». 

EA considère que l’acteur principal du changement politique, c’est la société basque, et plus concrètement l’ensemble «indépendantiste et souverainiste progressiste qui a fait le pari de l’accumulation des forces abertzale, beaucoup plus ample que la gauche abertzale historique, et acteur essentiel du succès électoral de Bildu». Alternatiba a également réservé le meilleur accueil au communiqué d’ETA, rappelant que lorsqu’ ETA a annoncé son cessez-le-feu il y a six mois, Alternatiba a montré son désir qu’il s’agisse là « du début de la fin ». 

Le Lehendakari Patxi Lopez s’est montré pour le moins circonspect ; il a déclaré, à propos du communiqué, ne pas savoir «ce qu’attend la gauche abertzale pour exiger, avec le reste des démocrates, la disparition d’ETA». Son conseiller à l’Intérieur, encore plus réticent, n’a trouvé dans ce communiqué « aucune nouveauté digne d’être mentionnée », ajoutant que la seule déclaration attendue de l’organisation armée est «celle dans laquelle elle annoncera qu’elle arrête définitivement toutes les activités terroristes». 

Le président du PNV, Iñigo Urkullu, quant à lui, a sommé la gauche abertzale de mettre en demeure l’organisation ETA «de cesser définitivement son activité  armée; il a évoqué «les tentations qui existent chez les dirigeants du PP d’illégaliser aussi Bildu, et pas seulement Sortu». 

Les réactions de partis d’extrême droite (ou de droite, tel le PP) espagnols reflètent leur désarroi après le succès de Bildu aux élections du 22 mai dernier ; ils déclarent tous, en effet, que le communiqué d’ETA apporte la preuve du fait que Bildu, c’est la même chose qu’ETA, et que, par conséquent, l’illégalisation de Bildu et de ses élus doit être prononcée dans les plus brefs délais.

Voilà qui démontre une fois de plus, s’il en était besoin, que le vrai problème de l’Espagne, ce n’est pas ETA et sa lutte armée, mais l’indépendantisme de gauche et la présence dans les institutions des abertzale socialistes… 

Communiqué d’ETA du 7 juillet 2011

etamuralhachaserpientenouvelobs.jpg  L’organisation armée basque socialiste révolutionnaire de libération nationale a remis un nouveau communiqué daté du 7 juillet 2011 aux journaux basques Gara et Berria qui l’ont publié le mercredi 13 juillet. ETA fait part de ses réflexions  «sur le moment très important que notre pays est en train de vivre» actuellement

«Les développements de ces derniers mois et particulièrement les résultats des élections qui ont eu lieu en Araba, Bizkaia, Gipuzkoa et Nafarroa Garaia [Alava, Biscaye, Guipuzcoa et Haute-Navarre – Ndlr] ont planté une borne dans la nouvelle période qui s’ouvre, en montrant qu’il y a place pour l’espérance dans les défis du futur au Pays Basque». 

La situation politique actuelle «ne peut pas s’expliquer sans prendre en compte le combat exemplaire que notre pays a mené antérieurement, durant de longues années». Ce combat s’est fondé sur deux éléments : «La résistance face à l’oppression et la construction nationale.»

Lire la suite… »




COMMUNIQUE DE ETA

30032011

L’organisation armée ETA a, dans un communiqué publié dimanche, confirmé le “cessez-le-feu permanent,  général et vérifiable par la communauté internationale” qu’elle avait rendu public en janvier dernier et qu’elle assure maintenir depuis de nombreux mois maintenant. Dans son communiqué l’organisation dénonce le fait que les états français et espagnol aient rejeté la proposition d’ouverture d’un processus démocratique en Pays Basque mais pour autant elle maintient son cessez-le-feu. D’autre part au vu du refus de reconnaissance de l’organisation armée par les états elle propose que la vérification se fasse de façon “non formelle” par une commission internationale.

 etamuralhachaserpientenouvelobs.jpg

COMMUNIQUÉ DE EUSKADI TA ASKATASUNA AU PEUPLE BASQUE 

L’ETA, organisation socialiste révolutionnaire basque pour la libération nationale, souhaite soumettre ses réflexions au peuple basque, près de trois mois après l’initiative du 10 janvier. 

Ces derniers temps, deux blocs se dessinent de plus en plus clairement sur la scène politique de l’Euskal Herria. Le bloc de ceux qui souhaitent s’engager dans un scénario de paix, d’une part, et celui de qui veut perpétuer l’imposition et le blocage, de l’autre. Car la période actuelle se caractérise par la confrontation et la lutte entre les partisans de la résolution définitive du conflit grâce à la mise en place d’un processus démocratique et les tenants du verrouillage de l’opportunité actuelle au moyen de la répression et de la négation.

Lire la suite… »




NOUVEAU PROCES DE MILITANTS BASQUES

27032011

DEVANT LA COUR D’ASSISES SPECIALE DE PARIS

Les prisonniers basques Peio Eskizabel Urtuzaga de Lasarte et Manu Ugartemendia Isasa de Orereta sont jugés depuis le 17 mars dernier devant la Cour d’Assises spéciale de Paris.  Tous deux sont prisonniers depuis le 28 avril 2005, cela fait 6 ans qu’ils attendent leur procès.

Voici  la déclaration lue par les deux militants lors de l’ouverture de leur procès.

Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs

 Le peuple basque est un petit peuple, très ancien et très digne, qui vit depuis des siècles des deux côtés de la rivière Bidasoa et de la chaîne des Pyrénées. Il a été connu comme Etat sous différents noms, Vasconia, Royaume de Navarre… avant même la création des Etats d’Espagne et de France. Il a su, malgré de multiples essais d’assimilation par des forces étrangères, garder son identité culturelle autour de sa langue nationale, l’euskara.

 Mais malheureusement, au niveau politique, l’Etat basque, nommé Royaume de Navarre, a disparu en 1522 sous le feu des envahisseurs castillans. A partir de ce moment, la France et l’Espagne, créant une frontière artificielle, se sont partagé notre pays. Et ils veulent nous forcer à devenir soit espagnols, soit français.

 Et nous, tout simplement, car nous ne sommes ni espagnols, ni français, nous voulons rester basques et vivre dans un Etat basque indépendant, dans une Europe en liberté.

 

Lire la suite… »




Déclaration d’ETA

8012011

L’organisation ETA vient de faire une déclaration dans différents organes de presse, dans laquelle elle annonce une trêve permanente et générale, et vérifiable par la communauté internationale.

(Traduction du JPB)

08/01/2011

 egunhorif01.jpg

 

ETA, organisation socialiste révolutionnaire basque de libération nationale, souhaite, par le biais de cette déclaration, faire connaître sa décision :

Ces derniers mois, de Bruxelles à Gernika, des personnalités de grande notoriété internationale et un grand nombre d’acteurs politiques et sociaux basques, ont défendu la nécessité d’offrir une solution juste et démocratique au conflit politique séculaire. ETA est pleinement en accord avec eux. La solution arrivera par le biais d’un processus démocratique, qui aura comme référence majeure la volonté du Peuple basque, et le dialogue et la négociation comme outils pour y parvenir.Le processus démocratique doit surmonter les tentatives de déni et d’affaiblissement des droits. Il doit également résoudre les thèmes de la territorialité et du droit à l’autodétermination, qui sont au coeur du conflit.

Il appartient aux acteurs politiques et sociaux basques d’arriver à des accords pour obtenir un consensus autour de la formulation de la reconnaissance du Pays Basque et son droit à décider en assurant la possibilité de développement de tous les projets politiques, y compris celui de l’indépendance.

Toutes les parties doivent s’engager à respecter les accords adoptés et les décisions prises par les citoyen(ne) s basques, en offrant des garanties et des moyens pour sa mise en œuvre.

En conséquence :

ETA a pris la décision de faire une déclaration de cessez-le-feu permanent et général, vérifiable par la Communauté internationale. Ceci est l’engagement fort d’ETA en vue du processus de solution définitive et de la fin de la confrontation armée.

C’est le moment d’agir avec une responsabilité historique. ETA lance un appel aux autorités de France et d’Espagne pour qu’elles mettent un terme définitif aux mesures répressives et à la négation du Pays Basque. ETA poursuivra son effort et sa lutte pour impulser et mener à terme le processus démocratique, jusqu’à obtenir une véritable situation démocratique en Pays Basque.

GORA EUSKAL HERRIA ASKATUTA! GORA EUSKAL HERRIA SOZIALISTA!
JO TA KE INDEPENDENTZIA ETA SOZIALISMOA LORTU ARTE!

Pays Basque, le 8 janvier 2011

Euskadi Ta Askatasuna
E.T.A.

 




COMMUNIQUE DE ETA

5092010

E.T.A.   appelle a une résolution démocratique du conflit par le dialogue et la négociation, avec la participation de tous les citoyens basques, et le soutien de la communauté internationale.

etamuralhachaserpientenouvelobs.jpg 

DECLARATION D’ EUSKADI TA ASKATASUNA 


Euskadi Ta Askatasuna, organisation révolutionnaire socialiste basque de libération nationale, souhaite à travers cette Déclaration porter à la connaissance du Peuple Basque sa décision et sa réflexion :
Voilà déjà un long demi-siècle qu’ETA, face à la négation d’Euskal Herria et à la stratégie féroce de destruction de notre pays, après avoir mis en place une organisation de citoyens, a commencé le combat pour la liberté, les armes à la main. Depuis lors, ils se comptent par centaines, les hommes et les femmes qui ont placé dans cette organisation leurs espoirs, leur ferveur, le meilleur d’eux-mêmes. De simples citoyens de toutes origines qui, génération après génération, se sont unis et continuent à se rassembler autour du même idéal : le Pays Basque et la Liberté.

Lire la suite… »




COMMUNIQUE DE L’ETA

30092009

  jpb.gif   29/09/2009

 » Si la lutte armée cessait… »

Dans un communiqué de presse remis au quotidien GARA à l’occasion du Gudari eguna (La journée du combattant) de 2009, ETA a affirmé que son processus de réflexion était terminé. L’organisation armée y explique par ailleurs qu’elle est résolue à poursuivre «avec les armes dans les mains tant que les ennemis d’Euskal Herria parieront sur la répression et la négation», ajoutant toutefois faire l’«offre» d’un processus démocratique en soulignant qu’elle «le défendra et le propulsera». Les réactions des principaux partis politiques hispaniques ne se sont pas faites attendre.

«Le processus de réflexion interne amorcé au printemps dernier est terminé» : c’est par cette première affirmation que débute le communiqué remis à GARA par l’organisation armée et daté du Gudari Eguna qui a eu lieu dimanche en Pays Basque. Après avoir critiqué la politique menée par l’Etat espagnol d’une part et celle d’un PNV «tournant le dos au Pays Basque, l’oeil rivé sur l’Etat espagnol. Mais toujours contre l’indépendance», le texte développe ensuite un paragraphe intitulé «le compromis, la volonté et l’offre d’ETA».

TRADUCTION INTEGRALE DU COMMUNIQUE D’ETA A EUSKAL HERRIA

(Gudari Eguna, 2009, 28 septembre) 

etamuralhachaserpientenouvelobs.jpg 

ETA, organisation basque socialiste révolutionnaire de libération nationale, ayant terminé son processus de réflexion, veut à l’occasion du Jour du Combattant de 2009, faire connaître les réflexions qui suivent à la société basque.

Lire la suite… »







Jeunesse et Développement |
RELATOS DE EDGAR |
Politique buzz en Eure-et-Loir |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Luisant Pour Tous
| Collectif antilibéral de Ch...
| Blog de Michel Issindou