• Accueil
  • > Recherche : affiches langue basque

Les initiateurs de la fête des ikastola ont été à l’honneur de ce 25e anniversaire

13052008

jpb.gif

Les initiateurs de la fête des ikastola ont été à l’honneur de ce 25e anniversaire
L’anniversaire a été célébré avec une journée complète, riche en animations diverses et en prises de parole

Les initiateurs de la fête des ikastola ont été à l’honneur de ce 25e anniversaire dans Culture, Histoire, Ecologie, Société, Economie 20080513_p001_01

La moitié du chemin parcouru, Herri Urrats a jeté un coup d’¦il en arrière. Pour son 25e anniversaire, les initiateurs de la fête étaient à l’honneur. Le travail mené par ces parents d’élèves a porté ses fruits : la manifestation de cette année en est le témoin.Ils étaient une poignée de parents à monter des tentes militaires (achetées aux enchères), autour du lac de Saint-Pée-Sur-Nivelle. La première année ils pensaient accueillir 5 000 personnes, finalement, ils en accueillaient 10 000. Aujourd’hui, Herri Urrats réunit autour de 60000 personnes. Un peu moins cette année, à cause du long pont du 8 mai et de la Pentecôte, d’après les organisateurs.

« La difficulté a été de faire perdurer le succès ; ils y ont réussi », reconnaît l’actuel président de Seaska, la fédération des ikastola. Ce jeune parent d’ikastola en attribue le mérite à ses prédécesseurs. Eux aussi parents d’ikastola et militants avant tout. Certains sont présents dans la salle lors de l’ouverture officielle du 25e Herri Urrats.

Lire la suite… »




Ça suffit! du mépris à la reconnaissance! _ Manifestation à Bayonne le 14 juin à 16h30

8052008

ASKATASUNA
14 Bourgneuf Karrika 64100 Baiona/
14 Rue Bourgneuf 64100 Bayonne
Tel / Fax : 00 33 5 59 59 01 84
Mob: 06 21 92 57 48
askatasuna.eh@free.fr

ÇA SUFFIT! DU MÉPRIS À LA RECONNAISSANCE!

Manifestation à Bayonne le 14 juin à 16h30

Askatasuna, en plus de soutenir toutes les personnes frappées par la répression tente, jour après jour, de dénoncer toutes les attaques, policières, judiciaires ou politiques perpétrées dans notre pays. Tous les communiqués, pris séparément, même si chacun d’entre eux aborde une situation dramatique pour un ou plusieurs citoyens basques, peuvent sembler à qui n’est pas directement concerné sans grand intérêt en soi et même devenir très routiniers.

Tous ces faits pris dans leur ensemble, en revanche, montrent un panorama répressif effrayant et mettent en lumière le chemin pris ces dernières années par le gouvernement français. Le prétexte de la lutte anti-terroriste, bien pratique pour ceux qui rêvent de se débarrasser des droits et des libertés qui sont une sérieuse entrave à la mise en application d’un modèle imposé et d’une politique du « profit maximum », permet d’aller de plus en plus loin sur le chemin de tous les abus.

  • Le nombre record d’arrestations et de prisonniers: 740 prisonniers politiques basques à ce jour dont 170 dans l’État français.

  • Le traitement appliqué à ces prisonniers, tant judiciaire (préventives qui durent des années, condamnations énormes, grosses entraves aux remises de peine et libérations conditionnelles, etc) que carcéral (surveillance spéciale, dispersion, éloignement, isolement politique, etc).

  • Le harcèlement envers les réfugiés politiques basques, arrêtés sur la base de dénonciations faites sous la torture et remis aux autorités espagnoles par la magie du mandat d’arrêt européen, procédure ultra-rapide qui prive les personnes visées de leur droit à une défense correcte.

  • Les illégalisations et la judiciarisation de la répression: comme pendant aux illégalisations qui frappent en Hegoalde de nombreux partis, mouvements sociaux, médias, etc… on assiste ici à une application de cette politique à la française. Des montages policiers visant des militants permettent d’arriver à un résultat similaire (blocage des dynamiques, criminalisation de personnes, de lieux et de mouvements, ouverture de procédures calquées sur la fameuse théorie de Garzón « tout est ETA »…) tout en maintenant cette si précieuse apparence de démocratie (ainsi la procédure contre Askatasuna, le dossier Kalaka, le gel des comptes de certains militants de Batasuna et de leurs proches…).

  • Le harcèlement envers les militants et la criminalisation de la solidarité: plusieurs membres des comités font l’objet de procédures (pour avoir posé des affiches ou fait des bombages de soutien aux prisonniers et/ou pour avoir refusé de donner leur ADN à l’occasion de ces interpellations), un grand nombre d’entre eux fait l’objet de convocations, d’interrogatoires, de contrôles particuliers (surveillances, filatures), etc. De même pour les proches des prisonniers.

  • Le harcèlement de toute une part de la société: car cette pression ne se limite pas aux militants mais à toute personne ayant exprimé son soutien d’une façon ou d’une autre, par exemple en participant à une manifestation. Ainsi, en Baxe-Nafarroa, les gendarmes sont en train de convoquer des mineurs, qu’ils interrogent hors de la présence de leurs parents où d’un avocat, et sur lesquels ils exercent de fortes pressions (telles que « tu sais que maintenant on peut aller en prison à partir de 13 ans? ») dans le but de leur faire dénoncer d’autres personnes.

  • Les obstacles incessants à toutes les revendications abertzale: la liste serait trop longue à faire ici mais pourquoi chaque domaine de l’action abertzale (la langue, l’agriculture, la culture, le syndicalisme, etc) donne-t-il lieu à une bataille incessante et épuisante dont le seul objet est de faire enfin respecter nos droits?

  • La négation du conflit politique et de notre existence même: tout en pratiquant cette répression brutale et systématique, tout en nous imposant un état d’exception régi par des lois spéciales, les autorités françaises, dans leur hypocrisie légendaire, continuent de nier l’existence du conflit politique et l’existence du peuple basque lui-même.

Nous considérons cette attitude comme du mépris absolu, et nous déplorons que le gouvernement français, à l’instar de son homologue espagnol, s’enferre dans cette stratégie qui ne peut qu’entraîner plus de souffrance encore de part et d’autre. Nous accusons ces politiques de chercher à détruire les militants abertzale et à faire disparaître ainsi toutes les revendications de cette partie de la société. Nous les accusons de saboter toutes les opportunités de résolution démocratique et nous les tenons pour responsables directs de toutes les conséquences de cette politique. Nous exigeons qu’ils abandonnent cette voie stérile et qu’ils garantissent des conditions démocratiques en Euskal Herria, à commencer par le respect des droits de chacun.

Nous refusons cette stratégie de destruction et nous la refuserons toujours. Et nous croyons qu’il n’existe pour cela qu’une seule voie: celle de la lutte, de la solidarité et de la mobilisation. Nous invitons donc tout le monde, individus, partis, syndicats, associations et toute personne se sentant concernée par l’importance des droits essentiels et collectifs à se joindre à cet appel et à venir participer à la manifestation du 14 juin (16h30, Place des Basques à Bayonne) sous le slogan: ÇA SUFFIT! DU MÉPRIS À LA RECONNAISSANCE!


Euskal Herria, le 8 mai 2008

 




Gauche basque _ Euskal Herria News _ Semaine du 19 au 26 février 2008

1032008

BASQUE LEFT _ Euskal Herria NEWS _ Semaine du 19 au 26 février 2008

ehirabazi.jpg

Lire la suite… »




EH News _ L’actualité du Pays Basque _ 11 – 18 février 2008

24022008

EH NEWS

L’actualité du Pays Basque

11 – 18 février 2008

lauburuanimado.gif


Ramón Jáuregui (Parti Socialiste de Euskadi, PSE) affirme que « il ne faut pas projeter le passé dans l’avenir »

Lire la suite… »




Récupérer l’esprit d’IK pour éviter « la mort lente » du Pays Basque nord

10042007

jbp.jpg
Récupérer l’esprit d’IK pour éviter « la mort lente » du Pays Basque nord
Une plateforme composée de militants abertzale de longue date appelle l’Etat français à s’impliquer dans la résolution du conflit

Samedi, derrière une table ornée de deux ikurriña, se sont affichés des visages assez connus de la mouvance abertzale en Pays Basque nord. Des anciens et des nouveaux. Ils se sont rassemblés autour d’une démarche dont les premiers pas ont été donnés au mois d’octobre et les derniers seront faits lorsque le conflit politique sera définitivement réglé.

Lire la suite… »







Jeunesse et Développement |
RELATOS DE EDGAR |
Politique buzz en Eure-et-Loir |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Luisant Pour Tous
| Collectif antilibéral de Ch...
| Blog de Michel Issindou