• Accueil
  • > Recherche : emissions basques

[PODCAST] Txalaparta du samedi 20 juillet 2019

22072019

logo fppTxalaparta est une émission du CSPB diffusée sur Fréquence Paris Plurielle, 106.3 FM, les seconds et quatrièmes samedi du mois de 18 h à 19 h 30.

Arantxa Zulueta est l’une des 47 inculpé-e-s du macro-procès qui seront jugés à Madrid en septembre prochain pour avoir défendu les droits des prisonnières et des prisonniers politiques basques. Arrêtée en 2014, Arantxa Zulueta a passé trois années en détention dont deux en isolement complet qui est une forme de torture, avant d’être libérée en attente du procès. Dans un entretien que nous avions diffusé sur Txalaparta en 2018, elle raconte les conditions de sa détention et commente la mort récente en prison de Xabier Rey. Nous avons rediffusé cet entretien (traduit en français au fur et à mesure) au cours de l’émission du 20 juillet.

Pour écouter cet extrait, cliquez sur le lien ci-dessous :

Pendant les émissions Txalaparta de cet été, nous diffusons des cours d’euskara, la langue basque, produits par Radio Kultura. Samedi dernier nous avons débuté avec les deux premières leçons.

Pour les écouter, cliquez sur le lien ci-dessous :

Vous pouvez également écouter l’intégralité de Txalaparta du 20 juillet avec le lien ci-dessous :




L’émission du CSPB sur Radio Libertaire le mardi 26 février

1032019

Tous les mardis sur Radio Libertaire 89.4 FM, à 22h30, Ça booste sous les pavés fait découvrir au travers des invités qui jalonnent les émissions depuis maintenant 20 ans des femmes, des hommes venant d’horizons différents, pour faire partager leurs passions, leurs coups de gueule, leurs visions du monde qui nous entoure, et leurs expériences heureuses ou malheureuses.

Le dernier mardi du mois, Ça booste sous les pavés accueille le CSPB pour une émission sur l’actualité du Pays Basque, mais aussi sur les luttes de tous les peuples pour leur liberté.

Le mardi 26 février l’émission a accueilli Pierre Stambul et Sarah Katz de l’UJFP, l’Union juive française pour la paix.  A l’heure où certains voudraient pénaliser l’antisionisme en l’assimilant à de l’antisémitisme, Pierre et Sarah prouvent qu’il est nécessaire de combattre la politique colonialiste de l’Etat d’Israël, et de soutenir les légitimes revendications du Peuple palestinien.

Capture jb et ujfp

Vous pouvez écouter le début de l’émission avec l’entretien avec Pierre Stambul et Sarah Katz en cliquant sur le lien ci-dessous :

squale pablo maite

La suite de l’émission a été consacrée à l’actualité au Pays basque et aux prisonnières et prisonniers politiques basques.

Vous pouvez l’écouter en cliquant sur le lien ci-dessous :

 




Radio Libertaire / Emissions des 26/01 et 23/02

24022016

Retrouvez les émissions du mois de janvier et du mois de février du CSPB sur Radio Libertaire, tous les derniers mardis à partir de 22h30.

Au programme : l’actualité du Pays basque en lutte !

Janvier 2016 :

Février 2016 :

  • Violences policières (Iñigo Cabacas, tué par la police autonome basque / affaire Reims-Bastia, jeune corse blessé par un tir de flashball)
  • Retour sur la mobilisation en faveur des prisonnières et prisonniers politiques basques du samedi 20 février 2016
  • Revue de presse

 




Txalaparta – Emission du samedi 9 janvier 2016

10012016

Suite à la disparition de Radio Pays, le CSPB anime une nouvelle émission sur Radio Fréquence Paris Plurielle. Tous les 2ème et 4ème samedis du mois, retrouvez donc une émission d’actualité sur le Pays basque entre 18h et 19h30. Les 1ers et 3ème samedis seront consacrés aux émissions corses de nos amis de Radio Paese.

Tous les samedis, de 19h à 19h30, des messages aux prisonnières et prisonniers politiques basques et corses seront diffusés.

Émission du 9 janvier 2016

00’00 : L’Arcusgi – Askatasunera

04’13 : Présentation de l’émission

07’06 : Présentation de la mobilisation du 9 janvier en soutien aux prisonnières et prisonniers politiques basques, à Bilbo et Baiona

18’50 : Interview de Joseba Azkarraga, membre de Sare (organisation appelant à la manifestation du 9 janvier 2016)

34’05 : Musique

36’27 : Position du Mouvement pour l’Amnistie sur la mobilisation du 9 janvier

39’30 : Musique

41’23 : Point sur la situation des prisonnières et prisonniers politiques basques dans le processus de paix

50’56 : Reportage sur un festival de musique et de lutte s’étant déroulé en Pays basque, décembre 2015

1’09’00 : Musique

Les équipes de Txalaparta et de Radio Paese avons décidé de ne pas diffuser les messages aux prisonniers sur Internet mais seulement en direct.

2016_01_09 Txalaparta by Cspb on Mixcloud




Txalaparta : Emission du 2 janvier 2016

5012016

Suite à la disparition de Radio Pays, le CSPB anime une nouvelle émission sur Radio Fréquence Paris Plurielle. Tous les 2ème et 4ème samedis du mois, retrouvez donc une émission d’actualité sur le Pays basque entre 18h et 19h30. Les 1ers et 3ème samedis seront consacrés aux émissions corses de nos amis de Radio Paese.

Tous les samedis, de 19h à 19h30, des messages aux prisonnières et prisonniers politiques basques et corses seront diffusés.

Émission du 2 janvier 2016

0:00 : L’Arcusgi – Askatasunera

4:13 : Présentation de la situation politique en Euskal Herria et du Comité de Soutien au Peuple Basque de Paris

14:03 : Interview de Walter Wendelin, en procès pour son travail au sein d’Askapena, organisation internationaliste basque

36:24 : Anje Duhalde – Kantuz

39:40 : Présentation de la situation politique en Corse et discours de Jean-Guy Talamoni, président de la nouvelle Assemblée de Corse (traduction en français ici)

1:02:50 : L’Arcusgi – Resistenza

1:06:20 : Mago de Oz – Maite Zaitut

Les équipes de Txalaparta et de Radio Paese avons décidé de ne pas diffuser les messages aux prisonniers sur Internet mais seulement en direct.

Prugrammu di u 2 di ghjennaghju di l’annu 2016 by Radiopaese on Mixcloud

 

 




Optimisme ou pessimisme pour le basque ?

28102008

jpb.gif L’opinion – Tribune Libre

Optimisme ou pessimisme pour le basque ?

euskara.jpg
28/10/2008

 

Xipri Arbelbide

J’ai lu récemment que certains prennent plaisir à noircir le panorama quand ils parlent de notre langue. Des ultras pessimistes en somme. Faut-il être optimiste ?

Lire la suite… »




Pays basque : pourquoi ce silence ? La lutte basque et la Fête de l’Huma – Camarades : de l’audace !

14092008

 

humanite.jpg

Quand on est venu m’arrêter, il n’y avait plus personne pour protester.
Pasteur Niemöller

Pays basque : pourquoi ce silence ?

Les atteintes à la démocratie sont de plus en plus nombreuses au Pays basque :

  • Le Parti communiste des terres basques (EHAK), qui en 2005 a obtenu 13 % des voix et 9 députés lors des élections législatives, est en train d’être interdit par le Tribunal suprême espagnol, alors que la seule et unique activité de ce parti a été de représenter ses électeurs au parlement.

  • Même interdiction pour le parti antifranquiste historique EAE-ANV, qui a rassemblé plus de 20 % des suffrages aux élections municipales de 2007, et compte des centaines d’élus à travers le pays.

    Lire la suite… »




Euskal Herria NEWS _ Du 21 au 27 mai 2008

3062008

Euskal Herria NEWS

Du 21 au 27 mai 2008

Anniversaire de la fin des négociations

- Le 21 mai 2008, il y a un an que le PSOE a dit non

Opération conjointe des polices franco-espagnoles

- Arrestation de 4 militants présumés de l’ETA à Bordeaux

- Les détenus de Bordeaux exigent l’indépendance de l’Euskal Herria

Réunion à la Moncloa

- Zapatero ironise sur Ibarretxe et sur son plan après un rendez-vous infructueux

- Rafa Díez voit la confirmation que le PSOE « a eu le vertige » au cours des négociations

- Patxi Lopez a présenté hier sa « Proposition pour le dialogue et la coexistence en Euskadi ». Le PNB affirme que le PSOE propose la même chose qu’Ibarretxe

7e Congrès National du syndicat basque LAB

- Démonstration de cohésion au congrès de LAB

- Rénovation générale. Objectif : une Euskal Herria souveraine

- Représentation internationale

Mouvement populaire contre le train à grande vitesse

- Le 30 mai, lancement des travaux du TGV entre Basauri et Galdakao

- Deux personnes s’enchaînent aux pelleteuses à Ordizia en signe de protestation contre le TGV

- Deux mille opposants au TGV manifestent au centre de Bilbao

Nouvelles diverses

- La police investit le bar Alboka d’Arrosadia et saisit du matériel

- Contrôle policier en Euskal Herria, un dispositif d’espionnage permanent découvert dans la vieille ville de Gasteiz

- Des centaines d’habitants de la ville de Donostia exigent dans la rue le retrait du drapeau espagnol

- Protestations devant les mairies qui nient la volonté populaire

- Nouvelle hospitalisation du prisonnier Anjel Figueroa

Lire la suite… »




Radio – Les émissions basques en région parisienne

30102006


radio-libertaire

Deux dates pour s’informer sur la situation en Euskal Herria :

Chaque troisième jeudi du mois, retrouvez le CSPB à partir de 19h30 dans « Askatasunak » !

Chaque dernier mardi du mois, retrouvez le CSPB à partir de 22h30 dans « Ça booste sous les pavés » !

89.4 FM en région parisienne et partout dans le monde sur le site Internet de la radio : http://rl.federation-anarchiste.org

Ça booste sous les pavés :

Mardi 24 novembre 2015
Mardi 29 décembre 2015
Mardi 30 août 2016 (spécial Fêtes de Bilbao)
Mardi 27 septembre 2016 (Mai 1968 en Euskal Herria)
Mardi 25 octobre 2016 (l’histoire de la Pastorale en Soule)
Mardi 31 janvier 2017 (Manifestation de Bilbao / Aitzina / Interview de Gatibu)
Mardi 30 janvier 2018 (Retour sur les manifestations de Paris et Bilbao)

Askatasunak :

Jeudi 17 novembre 2016 (Affaire d’Altsasu / Déclaration d’un prisonnier politique)
Jeudi 16 mars 2017 (Entretien avec Gabi Mouesca)
Jeudi 18 mai 2017 (Les disparitions politiques)
Jeudi 15 juin 2017 (Extraits de la Conférence sur les disparitions politiques)
Jeudi 21 décembre 2017 (Retour sur la manifestation du 9 décembre à Paris)

 

RFPP

Chaque deuxième et quatrième samedi du mois, retrouvez le CSPB de 18h à 19h dans Txalaparta. Tous les samedis, entre 19h et 19h30, messages aux prisonnières-ers politiques basques et corses.

106.3 FM en région parisienne et partout dans le monde sur le site Internet de la radio : http://www.rfpp.net

Archives :

Samedi 2 janvier 2016
Samedi 9 janvier 2016
Samedi 30 janvier 2016
(spéciale état d’urgence)
Samedi 13 février 2016 (Colloque en Sorbonne « Prisonniers et processus de paix » / Angela Davis au Pays basque)
Samedi 8 octobre 2016 (MAE contre Emilie Martin / Torture dans l’Etat espagnol / Actualité syndicale)
Samedi 22 octobre 2016 (FIJAIT, Affaire d’Altsasu, Bilan du processus de paix 5 ans après Aiete)
Samedi 12 novembre 2016 (Conférence de presse à la LDH sur les prisonnier-e-s politiques)
Samedi 28 janvier 2017 (Arrestation des artisans de la paix / Manifestation de Bilbao / Chansons de Pablo Hasel)
Samedi 11 février 2017 (Entretien avec Jeanine Beyrie, mère de prisonnière politique / Entretien avec Aitor Servier, militant d’Aitzina)
Samedi 25 février 2017 (Entretien avec Manu Azkarate / Oscar Temaru / L’eusko, monnaie alternative)
Samedi 11 mars 2017 (Entretien avec Enaut Aramendi, militant de LAB / Mobilisation à Donostia pour Sara Majarenas / Entretien avec Gabi Mouesca)
Samedi 8 avril 2017 (Retour sur le désarmement d’ETA)
Samedi 13 mai 2017 (Oier Gomez / Présentation du livre « Pourquoi nous sommes abertzale » de Peie Etcheverry / Combat des femmes de Djibouti)
Samedi 27 mai 2017 (Les disparitions politiques)
Samedi 9 septembre 2017 (Entretien avec Fernando de l’association Harrera / Entretien avec un militant SOS Mines contre la mine d’or de Kambo)
Samedi 23 septembre 2017 (Quim Arufat, militant de la CUP – Catalunya)
Samedi 14 octobre 2017
Samedi 28 octobre 2017 (Retour sur les luttes des prisonnier-e-s politiques basques, hier et aujourd’hui)
Samedi 11 novembre 2017 (Entretien avec Michel Berheregoirigoin / Entretien avec Urtzi Errazkin, porte-parole d’Etxerat)
Samedi 25 novembre 2017 (Conférence de presse à la LDH avant la manifestation de Paris / Entretien avec Jean-Marie Delarue, ancien contrôleur des prisons)




Qu’est-ce que le CSPB ?

24102006

Qu’est-ce que le Comité de Solidarité avec le Peuple basque sur Paris ?

Dans les années 1980, des militants attachés aux valeurs de liberté et de démocratie s’organisaient à Paris pour apporter un soutien politique et matériel aux prisonniers et réfugiés politiques basques. De cet héritage est né, en 1990, le Comité de Solidarité avec le Peuple Basque.

Depuis, le CSPB s’est efforcé de porter la voix de ceux qui, malgré des années de répression, poursuivent toujours leur rêve de voir un Pays basque libre. Cela passe notamment par l’organisation de soirées de soutien, de débats ou de projections afin de faire connaître la réalité que vit le peuple basque. De la même façon, nous publions régulièrement des informations sur notre blog, nous publions un bulletin d’information en vente sur nos tables de presse et nous animons des émissions de radio en langues basque, castillane ou française.

Aussi, le CSPB participe à l’organisation de nombreux évènements aux côtés d’autres associations ou mouvements politiques car, pour nous, l’internationalisme est un principe encore bien vivant. La lutte de libération nationale et sociale basque ne s’est jamais considérée comme isolée des autres luttes, menées par d’autres peuples.

Enfin, nous continuons et nous continuerons à revendiquer le droit à l’autodétermination pour le peuple basque comme clé d’une résolution du conflit politique que connaît le Pays basque. Avec, dans un premier temps, la libération de l’ensemble des prisonnières et prisonniers politiques basques.

Pour en savoir plus sur nos activités ou nous rejoindre, n’hésitez pas à nous contacter par courrier postal ou électronique.

C.S.P.B.
21ter, rue Voltaire
75011 PARIS

comite_basque@yahoo.fr

 

Quel combat porte le CSPB ?

Le Pays basque est une nation, définie en partie par le patrimoine commun que constitue la langue basque, l’euskara, vieille de plus plus de 5000 ans. Est ainsi considéré comme Basque, euskaldun, celui qui possède la langue basque, en dehors de toute considération ethnique. C’est autour de ce principe que s’est forgé le concept politique d’une nation basque, à l’identité culturelle affirmée. Si la défense de cette identité propre a toujours existé en Euskal Herria, notamment à travers de nombreux conflits armés et l’attribution de pouvoirs spécifiques aux provinces basques, la fin du XIXe siècle a vu la théorisation du Zazpiak bat que l’on pourrait traduire par « les Sept provinces font Une ». Ainsi, les trois provinces sous domination française (Lapurdi, Nafarroa Beherea et Xuberoa) et les quatre provinces sous domination espagnole (Nafarroa, Araba, Bizkaia et Gipuzkoa) conscientisaient leur appartenance politique à un même ensemble culturel.

Rapidement, des structures politiques (Parti Nationaliste Basque, PNV) ou syndicales (Eusko Langileen Alkartasuna, ELA) voient le jour pour traduire la volonté d’émancipation ressentie par des nombreux citoyens basques. Tout aussi rapidement, une partie des militants exprime le besoin et, surtout, la nécessité, de lier la « classique » émancipation nationale à une « révolutionnaire » émancipation sociale. C’est notamment la création, en 1930 et en opposition avec la démocratie chrétienne prônée par le PNV, d’une organisation politique se réclamant des valeurs indépendantistes et socialistes : Eusko Abertzale Ekintza (Acción Nacionalista Vasca, ANV). La gauche abertzale (patriote) était née.

Pendant la guerre civile, la résistance héroïque des gudari (combattants) face à la barbarie fasciste se symbolisera, le 26 avril 1937, dans le martyr de la petite ville de Gernika, peint plus tard par Pablo Picasso. Cette résistance continuera en exil après la défaite républicaine, au sein de la Résistance française au cours de la Seconde guerre mondiale, par l’existence d’un gouvernement basque en exil (où PNV et ANV cohabitent), mais aussi par une importante résistance intérieure. Parmi les organisations de résistance du mouvement patriote basque, se créée en 1959, Euskadi Ta Askatasuna (ETA).

Pratiquant la lutte armée, se référant au socialisme et à l’indépendantisme, ETA va prendre une part active à la lutte contre le franquisme, en exécutant notamment Luis Carrero Blanco, successeur désigné de Franco, mais également en harcelant les forces de répression espagnoles sur le territoire basque.

Après la « transition démocratique » initiée par le roi Juan Carlos, adoubé par le dictateur fasciste peu avant sa mort, le combat pour l’indépendance et le socialisme en Euskal Herria continue pour la gauche abertzale. Ce courant politique s’engage en particulier contre l’adoption de la nouvelle Constitution. Cette dernière sera refusée par référendum au sein de la Communauté Autonome Basque (CAB). Quant à lui, le PNV s’accommode parfaitement du Statut de Guernica en gérant pendant plus de 30 ans la CAB, tandis que la droite s’empare de la Navarre, cette dernière province formant une communauté autonome distincte.

En Hegoalde (Pays basque sud), l’Etat espagnol accentue la répression militaire, s’inspirant directement des pratiques de la dictature franquiste : des centaines d’incarcérés (plus de 700 à l’heure actuelle, partagés entre les prisons françaises et espagnoles), des militantes et militants torturés dans les geôles de la Guardia civil, des arrestations et un harcèlement incessants.

Sur le terrain politique aussi, la répression s’active pour mettre à mal la résistance basque, celle-ci  progressant année après année dans la construction populaire d’un Etat basque socialiste. C’est ainsi que depuis 2002, une loi existe afin d’interdire les organisations patriotiques basques au prétexte d’une collusion avec ETA. Batasuna, ANV, le Parti Communiste des Terres Basques (EHAK), Segi (organisation de jeunes), Askatasuna (soutien aux prisonniers), Egin (quotidien indépendantiste) vont ainsi se voir interdire et leurs militants incarcérés.

En 2011, après qu’ETA ait déclarée un   cessez-le-feu permanent, général et vérifiable, puis un arrêt définitif de ses activités armées, la gauche abertzale tente d’initier un nouveau processus politique en créant un nouveau parti, Sortu, immédiatement interdit. En réaction, elle décide de s’unir avec d’autres forces pour former la coalition Bildu à l’approche des élections municipales. Celle-ci obtient plus de 310 000 voix ! Elle devient la première force politique en Pays basque sud en nombre d’élus ! L’alliance est élargie en novembre à l’occasion des élections législatives lors desquelles la nouvelle coalition Amaiur emporte plus de 333 000 voix !

Ainsi, le mouvement patriote basque voit une traduction institutionnelle de ses combats quotidiens. Parce qu’en Pays basque, la libération nationale et la transformation sociale se construisent au quotidien, à travers une scène culturelle, associative et politique alternatives.

Aujourd’hui, il faut imposer aux Etats français et espagnol la résolution du conflit basque : par la libération des prisonniers politiques et la  reconnaissance du droit à l’autodétermination du Peuple basque !

 

logoautodeterminazioa.jpg

 







Jeunesse et Développement |
RELATOS DE EDGAR |
Politique buzz en Eure-et-Loir |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Luisant Pour Tous
| Collectif antilibéral de Ch...
| Blog de Michel Issindou