21 mai 2009 : Grève Générale au pays Basque Sud

22052009

lab.jpg

 

Chers camarades :

Je vous écris ces quelques lignes pour vous annoncer que la grève générale d’hier en Pays Basque Sud a été un succès.

Et ce malgré le boycott de celle-ci de la part des syndicats CCOO y UGT et du patronat, malgré aussi la désinformation des grands moyens de désinformation, malgré tout cela les chiffres parlent d’eux-mêmes :

- plus de 53% des entreprises paralysées.

- Plus de 30% des salarié-e-s en grève dans 74% des entreprises.

- A midi, des manifestations importantes ont eu lieu dans les capitales du Pays Basque Sud : 15.000 personnes à Bilbao, 10.000 à Saint Sébastien (Donostia en Basque) et Pampelune (Iruñea) et plus de 8.000 personnes à Vitoria (Gasteiz).

Lire la suite… »




Européennes : Euskal Herriaren Alde

22052009

http://www.bozkaabertzale.eu/materiala.php?hizk=eu

 

afitxa01.jpg




Disparition inquiétante _ NON DA JON?

16052009

jpb.gif

Disparition inquiétante

p003_01_disparu.jpg


16/05/2009

 

Goizeder TABERNA

«Où est Jon ?». C’est la question que se pose la famille de Jon Anza, son avocate et les membres d’Askatasuna. Hier, ils ont réuni la presse pour alerter la population de la disparition «inquiétante» de cet homme de 47 ans, habitant Ahetze.

La famille n’a aucune nouvelle de lui depuis que sa compagne l’a conduit à la gare de Bayonne, le 18 avril dernier. Un mois plus tard, hier après-midi, la famille a fait état de cette situation au Parquet de Bayonne afin que la Justice ouvre une enquête, compte tenu de son état de santé inquiétant. «Nous n’excluons aucune hypothèse», a ajouté Anaiz Funosas, représentante du comité anti-répressif Askatasuna.

Jon Anza est un militant abertzale ; raison pour laquelle Askatasuna a participé à la conférence de presse d’hier. De nationalité espagnole, il a mené pendant six ans une vie normale au Pays Basque nord, après avoir passé 21 ans dans les prisons espagnoles pour appartenance à l’ETA.

Le 18 avril, sa vie a basculé. Il a pris le train de 7 heures en partance pour Toulouse, «pour aller se reposer chez des amis» comme le raconte l’avocate de la famille, Me Polus-Basurco. Il aurait dû arriver à destination à 10 h 36. Mais personne ne peut certifier de son arrivée. Le 23 avril, le fait qu’il ne soit pas retourné à la maison alors qu’il avait «un rendez-vous important» à l’hôpital interpelle sa compagne qui commence à mener ses recherches.

Hôpitaux, journaux, mairies, la famille se lance sur plusieurs pistes, pensant que Jon Anza aurait pu être victime d’une agression ou d’un accident. Mais en vain. Après avoir fait ce qui était de son ressort, elle décide de laisser l’affaire entre les mains de la Justice.

Disparition «inquiétante»

Me Polus-Basurco s’appuie sur l’article 74 du code de procédure pénale. Il stipule que «lorsque la disparition (…) d’un majeur présentant un caractère inquiétant ou suspect eu égard (…) à son état de santé vient d’intervenir ou d’être constatée, (…) les officiers de police judiciaire, assistés le cas échéant des agents de police judiciaire, peuvent, sur instructions du procureur de la République, procéder aux actes aux fins de découvrir la personne disparue».

L’avocate espère qu’une enquête va être mise en place, car «plus le temps passe, plus l’angoisse de la famille s’accroît». Elle appelle également la population à faire part de toute information concernant ce quadragénaire. Appel adressé, notamment, aux personnes qui auraient pu le voir dans le train de Toulouse. Un train qui s’est arrêté à plusieurs gares.

Askatasuna interpelle aussi les autorités françaises «pour qu’elles mettent en place le dispositif nécessaire pour retrouver» Jon Anza. Anaiz Funosas a souligné «que la société basque va continuer à travailler jusqu’à ce qu’on mette en lumière cette affaire». Jusqu’à ce qu’elle sache «où est Jon».

Une question qui se répète génération après génération. Elle est devenue familière aux côtés de la photo de Jean-Louis Larre, ce militant de IK disparu le 7 août 1983. Elle est encore sans réponse alors que le Tribunal spécial de Paris l’a déclaré mort l’an dernier. Celle de cet Heletar n’est pas la seule disparition connue au Pays Basque.

Dernièrement, Me Polus-Basurco et Askastasuna avaient dénoncé l’enlèvement de Juan Mari Mujika, un habitant de Domezain originaire d’Ataun (Gipuzkoa). Retenu par une poignée d’hommes, pendant quelques heures, aux alentours de Saint-Palais, il avait été relâché. Dans le cas de Jon Anza, aucune hypothèse n’est privilégiée, néanmoins, cette même question se pose : «où est-il».

Solicitud a la fiscalía para localizar a un represaliado

20780_Gara_x.jpg

El refugiado donostiarra Jon Anza está desaparecido desde el pasado 18 de abril

Lire la suite… »




Stop Extraditions

12052009

logoab.png

 

Stop Extraditions

 

 

belfastiakibeat.jpg

Two Belfast-based Basque citizens, Iñaki de Juana and Arturo “Beñat” Villanueva, are facing extradition to Spain because of their political pro-independence ideas.
Please come and support them on Wednesday 13th of May at 9.45am at Laganside Court buildings, Belfast.

On Thursday 14th of May at 6pm a public meeting will be held in An Chultúrlann to set a campaign against the extraditions.

Stop Spanish political persecution against the Basque Country

www.dontextraditethebasques.org




Une liste abertzale de gauche : un choix raisonné

5052009

Euskal Herriaren Alde

Une liste abertzale de gauche : un choix raisonné dans Culture, Histoire, Ecologie, Société, Economie

jpb.gif L’opinion – Tribune Libre

Une liste abertzale de gauche : un choix raisonné

05/05/2009

Giuliano Cavaterra / Membre de Batasuna

Participer aux élections européennes sous les couleurs abertzale, serait un choix relevant de l’affectif mais non basé sur un raisonnement logique. En effet, les circonscriptions pour ce scrutin sont de telle taille qu’il n’y a aucune chance d’avoir un élu au parlement européen et donc une telle candidature ne serait que symbolique. Si l’on suit ce raisonnement il est donc inutile pour les abertzale de se présenter aux législatives, aux régionales et à la plupart des élections cantonales…

Aux dernières élections cantonales par exemple EH Bai n’a eu aucun élu. Par contre la montée en puissance du vote abertzale a eu ces dernières années une influence sur l’ensemble de la vie politique. La plupart des listes non abertzale aux dernières municipales avaient leurs «basques», ou dédiaient une petite partie de leur programme à la culture basque.

Lire la suite… »







Jeunesse et Développement |
RELATOS DE EDGAR |
Politique buzz en Eure-et-Loir |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Luisant Pour Tous
| Collectif antilibéral de Ch...
| Blog de Michel Issindou